LA PTITE FAMILLE BAROUDEUSE

Nos voyages à travers le monde, avec ou sans enfants
porte brandebourg berlin
Allemagne Berlin Europe

Berlin en 3 jours avec des ados

Moderne, jeune, étonnante, alternative, beaucoup d’adjectifs sont attribués à cette toute jeune capitale. Nous y avons passé 3 jours en août, et Berlin nous a déroutés, étonnés… On ne pouvait pas tout dire d’un coup dans ce carnet de voyage, on a donc décliné ce retour sur ce séjour en plusieurs publications (à retrouver en fin d’article). Voici notre carnet de voyage à Berlin.

 

1er jour

Aéroport – centre-ville

Après un vol sans soucis, nous voici à Berlin, à l’aéroport de Tegel. Comme nous avions acheté en ligne puis imprimé notre ticket Berlin Welcome Card (carte de transports qui permet de se déplacer de façon illimitée à Berlin en transports en commun et qui permet également d’avoir des réductions sur les visites les plus courantes), nous avons pu, dès la sortie de l’aéroport, prendre le bus TXL qui nous a mené à BeusselstraBe. Cette gare se trouve sur le “ring”, un anneau qui fait le tour de Berlin en métro. De là, on peut donc rejoindre n’importe quel point de Berlin centre.

Pour notre part, nous avions réservé un AirBnB dans le quartier de Prenzlauer Berg, dans le nord-est de la ville.

 

Découverte du quartier

Prenzlauer Berg est un quartier situé dans l’ex Berlin-Est et qui a subi beaucoup de transformations depuis la chute du mur. Un fort processus de “gentrification” est en cours depuis quelques années, néanmoins il reste très agréable entre commerces de proximité, bars sympas et restaurants variés.

Il donne une image plutôt fidèle de ce qu’est Berlin ; des rues larges avec peu de circulation, des transports en commun nombreux et performants, beaucoup de cyclistes, des immeubles limités à 6/7 étages et pas forcément très beaux (la ville a été fortement détruite en 1945, la reconstruction a été hâtive pour reloger les survivants…), une densité de population plutôt faible pour une grande ville.

prenzlauer allee
Prenzlauer allee, la grande et large avenue qui traverse le quartier

Après cette promenade dans le quartier, nous cherchons de quoi manger ; évidemment, on trouve partout les fameux currywursts, spécialité locale de saucisses coupées en petits morceaux dans une sauce bizarre avec plus ou moins le goût de curry, souvent accompagnées de frites.

currywurst
Currywurst

Ce n’est pas de la haute gastronomie, mais ce n’est pas cher !

2ème jour

Les choses sérieuses commencent ! Un programme chargé (enfin, c’est ce que je croyais)  nous attend : Berliner Dom, Museum InselGendarmenmarkt (ce qu’on pourrait appeler le Berlin monumental), Checkpoint Charlie et la topographie des terrors.

 

Berliner Dom

Vingt minutes de tramway et nous voilà dans le quartier de Mitte, au centre de Berlin, plus précisément sur Museum Insel, une île encerclée par les bras de la Spree (la rivière qui traverse Berlin) sur laquelle sur trouve un ensemble important de musées mais aussi Berliner Dom.

Berliner Dom est une église protestante, construite en 1894 sous l’impulsion de l’Empereur Guillaume II. Son allure est plutôt surprenante pour nous car son sommet n’est pas un clocher sous forme de tour mais un dôme imposant.

Autre chose qui nous étonne, l’immense esplanade quasi déserte devant l’église.

berliner dom berlin
Berliner Dom

 

altes museum
L’immense esplanade et au fond, Altes Museum

Nous entrons dans Berliner Dom, nous prenons nos tickets dans le distributeur automatique à gauche de l’entrée où il est possible de déposer les sacs dans un vestiaire. Puis, nous poussons la lourde porte pour pénétrer dans l’édifice.

autel berliner dom berlin
L’autel

Beaucoup de dorures, des orgues magnifiques, l’intérieur vaut le détour. Les ados n’ont pas spécialement envie de s’y attarder alors on va rapidement vers les escaliers qui mènent à la coupole. 270 marches avalées au pas de course !

stairs GIF

Au sommet, on peut faire le tour quasi complet de la coupole avec une belle vue sur la ville.

coupole berliner dom berlin
De la coupole, on a une vue sur un des bras de la Spree et Alte Nationalgalerie (bâtiment au toit vert)

 

coupole berliner dom
Vue de la coupole sur la ville et notamment le altes musuem

 

alte museum
La grande esplanade devant Altes Museum

Museum Insel

Après une descente aussi rapide que la montée, nous sortons en direction de Museum Insel (même si le Berliner Dom est sur cette île), terme qui désigne l’endroit, classé au patrimoine mondial de l’UNESCO, où sont regroupés 5 musées :

  • altes museum (collection sur la préhistoire, Rome et Grèce antique)
  • alte nationalgalerie (art allemand du XIX ème siècle et aux impressionnistes français)
  • neues museum (collection d’œuvres antiques des Musées Nationaux de Berlin)
  • musée de Pergame (collection d‘antiquités)
  • musée de Bode (collection de sculptures)

Entre les thèmes des musées qui ne bottaient pas trop les ados et des files d’attente déjà importantes, nous repartons de l’endroit en ayant uniquement flâné dans le jardin de l’Alte Nationalgalerie

blasé
Papa un peu déçu quand même

Balade néanmoins sympa.

museum insel
Jardin dans Museum Insel
Alte Nationalgalerie
Alte Nationalgalerie

Nous repassons devant le Berliner Dom pour traverser la Spree et nous diriger vers Gendarmenmarkt.

 

En route vers Gendarmenmarkt

Notre parcours dans le Berlin monumental continue et nous passons et entrons dans la Neue Wache.

L’Allemagne ayant eu un régime politique et militaire qui, en quelques années, a persécuté quasiment tous les êtres humains possibles et imaginables, un grand nombre de mémoriaux a été érigé dans Berlin : pour les Juifs, les Gitans, les Roms, les Russes, les homosexuels, les communistes etc…

Voici donc notre 1er mémorial d’une -tristement- trop longue liste.

La Neue Wache a d’abord été le logement de la Garde Royale de 1818 à 1918. Endommagée pendant les bombardements de 1945, elle a été restaurée et est maintenant le mémorial pour les victimes de la guerre et de la tyrannie.

neue wache berlin
Neue Wache, l’extérieur

 

L’intérieur, une mère pleurant son fils mort au combat

Nous continuons notre parcours en passant devant l’Opéra puis sur Bebelplatz. Cette place est surtout connue pour avoir été le lieu de l’autodafé des livres qui s’est déroulée en par les nazis qui brûlèrent 20 000 livres « non allemands » dont les oeuvres, entre autres, de Karl Marx, Bertolt Brecht, Sigmund Freud, Stefan Zweig…

opera berlin
L’opéra

 

Bebelplatz
Bebelplatz

Sur cette même place se trouve la cathédrale Sainte-Edwige, l’édifice catholique le plus ancien de Berlin.

Cathédrale Sainte-Edwige Berlin
Cathédrale Sainte-Edwige

Gendarmenmarkt

Nous arrivons à Gendarmenmarkt. On y voit la konzerthaus, encadrée par deux “dom” qui se ressemblent : la Deutscher Dom et la Französischer Dom.

Konzerthaus berlin
Konzerthaus

 

Franzosischer Dom
Franzosischer Dom

Une vue panoramique pour mieux se rendre compte de ce qu’est Gendarmenmarkt (source Wikipedia, Thomas Huntke, Germany (der Uploader) http://www.huntke.de) :

File:Panorama Gendarmenmarkt-Berlin-Huntke-2008.jpg

Les ados me font sentir que ce n’est pas le jour pour aller visiter quelque monument que ce soit, nous continuons donc notre parcours au pas de course. Moi qui pensais manger le repas de midi sur Museum Insel, il est 11h et nous avons déjà “fait” les 3/4 de du programme quotidien prévu… Concocter un planning familial dans une ville inconnue n’est pas forcément chose facile !

fall oops GIF by America's Funniest Home Videos

 

Checkpoint Charlie

Nous laissons donc derrière nous le Berlin monumental (qui n’est pas très étendu, bombardements intensifs de 1945 obligent) et entrons dans le vif du sujet, le Mur de Berlin et la Seconde Mondiale, les deux sujets principaux des visites et points d’intérêt de Berlin.

Haut lieu touristique, fort symbole de l’histoire chaotique de Berlin durant la 2ème moitié du XXème siècle, Checkpoint Charlie se trouve en plein centre-ville sur Friedrich StraBe. Après le partage de la ville en 4 zones d’occupation et jusqu’à la chute du mur en 1989, le Checkpoint Charlie était l’un des points de passage tenu par les Américains, alors réservé au passage des véhicules occidentaux à Berlin.

On y trouve de nombreuses boutiques de souvenirs où le mur et les différents symboles de l’ex-RDA sont déclinés en d’innombrables objets. Devant l’une d’entre elles, il y a même un morceau du Mur, notre 1er contact avec celui-ci.

En fait, il n’y a pas grand chose à voir de cet ancien point de passage. Il reste la guérite avec deux figurants en uniforme qui se font payer pour être photographiés avec les touristes et le fameux panneau “Vous sortez du secteur américain”, traduit en 4 langues.

panneau checkpoint charlie

Il y a, à côté de ce gros bâtiment noir (voir photo ci-dessous), une série de panneaux explicatifs, librement accessibles à tous, qui permettent de mieux comprendre comment et pourquoi s’est érigé ce mur au cœur de Berlin, les situations qui en ont découlé pour les habitants, les tentatives de franchissement, les réussites, les échecs…

Autour de ce bâtiment, des panneaux explicatifs librement accessibles

Il y a plusieurs “attractions” à touristes tout autour de ce lieu, et nous avons tenté l’une d’entre elles “Die Mauer”, dans un bâtiment circulaire un peu haut, qui propose notamment de nombreux extraits vidéo pour se rendre compte de la construction du mur et de la vie pendant les années 1961-1989. Il y a également un panorama reconstitué du quartier qui permet de se replonger dans la vie de checkpoint Charlie dans les années 80.

Reconstitution du quartier pendant les années 80. On peut voir le no man’s land entre les deux zones.

Dans ce quartier, on commence à ressentir l’Ostalgie (la nostalgie de l’ex-RDA), preuve en sont ces Trabant restaurées et louées pour visiter la ville.

trabant berlin

Notre marche se prolonge jusqu’à la topographie des terrors, qui se trouve à 250m de Checkpoint Charlie.

 

La topographie des terrors

Il est midi, et avant d’enchaîner avec ce musée, nous cherchons un resto. Peu enclins à “déguster” un currywurst, omniprésents dans le quartier, nous choisissons un restaurant syrien, nommé Yarok. Excellente décision, excellente cuisine, très proche de la libanaise. Après cette bonne pause, nous passons au musée, gratuit, nommé la topographie des terrors.

Quelques panneaux expliquent à l’extérieur la montée du nazisme. Puis à l’intérieur sont détaillés les mécanismes implacables et haineux du régime nazi, comment ils étaient organisés dans chaque partie de l’Europe occupée. Cependant, Numéro 1 et Numéro 2 décrochent rapidement… En effet, les très nombreux panneaux sont écrits en allemand et traduits uniquement en anglais. Il faut donc bien connaître la langue de Blur pour comprendre les documents exposés. Dommage. Si vous maîtrisez l’allemand ou l’anglais, ce musée est particulièrement intéressant tout en restant sobre et efficace.

En sortant de ce musée, à 200m de là, nous découvrons notre dernier point de visite prévu : Postdamer Platz.

 

Postdamer Platz

Place importante de Berlin au début du XXème, détruite en 1945 puis partagée par le Mur après la Guerre et ainsi devenue no man’s land, elle a été complètement reconstruite ainsi que les bâtiments qui l’entourent après la réunification.

Nous n’avons pas du tout aimé ce lieu, où les immeubles nous ont semblé laids et désorganisés. Il reste quelques morceaux du mur exposés.

Postdamer platz
Postdamer platz

 

Les tâches blanches et grises sur ce morceau du mur ? Des chewing-gums généreusement laissés par les touristes de passage…

Visite bonus !

Nous voici de retour à notre station de métro… Il est 15h !

Notre station de métro

Pour une journée chargée qui devait se terminer vers 18/19h, je me suis bien planté ! Une solution d’urgence est à trouver.

speeding on fire GIF

Dans ces moments-là, on dit merci Tripadvisor ! En route pour le musée du jeu vidéo !

 

Computerspielemuseum (Musée du jeu vidéo)

Le musée du jeu vidéo se trouve Karl-Marx-Allee 93A, dans le quartier Friedrichshain, à la station de métro Weberwiese, sur une des ces fameuses immenses avenues.

Après s’être acquitté du prix du ticket (avec une réduction de 25% grâce à la carte de transports Berlin Welcome Card, nous entrons dans le musée qui semble à 1ère vue plutôt petit. Néanmoins, depuis 1997, il regroupe plus de 300 pièces retraçant l’évolution des jeux vidéo. Et ce qui plaît aux ados, c’est qu’on peut non seulement regarder, mais surtout jouer !

retro video games GIF

 

On commence par une partie de pong, l’original, puis en avançant dans le musée, on peut tester de nombreux jeux sur des bornes d’arcade de l’époque.

pong computerspiele museum berlin
Pong, l’original !

 

paperboy computerspiele museum berlin
La borne d’arcade du jeu Paper Boy…

 

computerspiele museum berlin
…avec son panneau explicatif

Commence une lutte sans pitié pour essayer d’entrer dans les high scores des bornes !

Un peu plus loin, on parcours des reconstitutions de chambres d’ados à travers les décennies, avec les consoles de jeux qui vont avec ! C’est plutôt bien fait.

computerspiele museum berlin
De quelle décennie s’agit-il à votre avis ?

 

computerspiele museum berlin
Une autre décennie plus proche de nous

Bien d’autres jeux sont accessibles mais on peut aussi juste observer ces anciennes machines, maintenant pièces de musée, qu’il s’agisse de la game boy, de la playstation 1 ou du fameux amstrad cpc 6128 que tous les gamins des années 80/90 ont forcément eu ou vu chez les copains !

computerspiele museum berlin
Une des nombreuses machines exposées. On ne dirait pas comme ça, mais il y a 30 ans, ça faisait rêver tous les 8-18 ans !

L’heure de la fermeture arrive et permet d’interrompre ces sessions jeux vidéos intenses. On repart, qui avec mal pouce, qui souffrant du poignet. C’est du sport les jeux vidéos !

 

3ème jour

Gedenkstätte Berliner Mauer – Mémorial du mur de Berlin

Après quelques stations de tramway, nous voici au mémorial du mur de Berlin. Presque tout se trouve en extérieur où de nombreux panneaux explicatifs (toujours traduits uniquement en anglais) expliquent les phases de la construction, la destruction d’une église qui se trouvait sur son passage, les tentatives d’évasion.

mémorial du mur berlin
Mémorial du mur ; cette rue a été choisie car particulièrement touchée par la construction du mur

memorial mur berlin

Un  grand tronçon a été conservé mais également le système de surveillance, miradors, … que l’on peut voir en montant au sommet du bâtiment du mémorial.

memorial du mur
En montant au sommet, on peut voir le no man’s land et le système de surveillance

Un mirador

Dans le bâtiment, accessible gratuitement, on trouve notamment une collection de photos particulièrement poignantes relatant la vie du quartier profondément bouleversée par la construction du mur mais aussi par sa destruction qui a débuté dans cette rue.

Nous marchons ensuite vers Alexanderplatz où nous avons rendez-vous pour un streetart tour en vélo.

 

Alexanderplatz et la tour de TV (Berliner Fernsehturm)

Alexanderplatz, grand carrefour de communication de Berlin depuis des décennies, dévastée en 1945, présente un des visages des transformations de la ville. Lieu de grands rassemblements pendant l’ère communiste mais aussi de la plus grande manifestation anti-RDA juste avant la chute du mur, elle est marquée par l’esthétique urbaine socialiste des années 60, elle était le coeur de Berlin-Est.

Les bâtiments qui la composent sont donc assez divers et souvent laids, il faut bien le reconnaître. Nous retenons 2 choses de cette grande place piétonne (un des endroits les plus fréquentés de la ville) : l’horloge universelle et la tour TV.

L’horloge universelle

La Berliner Fernsehturm mesure 368m et est la plus haute tour de Berlin. Dans la partie supérieure évasée, culmine un restaurant rotatif et une plate-forme d’observation à une altitude comprise entre 200 et 210m.

Nous y arrivons à 11h et n’ayant pas pris de billets en avance, nous rejoignons la file d’attente. Sur un panneau électronique défile le texte suivant en anglais : “En prenant votre ticket maintenant, vous pourrez visiter la tour dans 2h.”

Dans un nouvel élan de non-motivation, et en prenant en compte le risque de rater notre rdv pour le streeart tour, nous décidons de ne pas faire la queue, et flânons sur la place. Si vous êtes motivés pour visiter cette tour, n’oubliez pas de réserver à l’avance ou venez plus tôt que nous ! 

 

Le streetart tour à vélo

Les vélos sont très nombreux à Berlin et vue la taille de la ville et la qualité des infrastructures permettant aux cyclistes de circuler en ville, on s’est vite rendus compte que le vélo est la meilleure solution pour visiter et découvrir la ville. Berlin étant également renommée pour son streetart, nous avons fait d’une pierre deux coups en réservant un streetart tour guidé à vélo. Nous avons cherché sur Tripadvisor et tant le contenu que les avis nous ont mené à contacter Eric de Berlin like a local.

Nous avons choisi, parmi les différents tours guidés proposés, un tour privé de 3h autour du streetart. Rendez-vous est pris, et nous nous retrouvons sur Alexanderplatz à 14h pour récupérer les vélos et pour qu’Eric nous donne quelques informations sur notre visite et sur Berlin.

Faire un compte-rendu complet dans cet article serait trop long, c’est pourquoi j’ai rédigé un article spécifique avec plus de photos, plus de détails et d’informations sur les endroits à voir à Berlin pour le streetart ainsi que sur les artistes.

Sous un pont, nous voilà face aux fameux collages de danseurs de SOBR. Il faut dire que nous sommes juste à côté d’un club, dans cette ville qui depuis la réunification, fait toujours la fête sur de la dance/techno.

streetart berlin
Collage de danseurs

Si le streetart est parfois voire souvent illégal, il fait partie intégrante des projets d’urbanisme à Berlin. Ainsi de grands murs sont décorés par les oeuvres d’artistes streetart, mais à la demande de la Ville ou des promoteurs, architectes et autres décisionnaires.

streetart berlin
Unter der Hand de Case Maclaim

Les thèmes abordés sont nombreux mais l’écologie, la paix et la lutte contre le racisme font partie des thèmes les plus récurrents. Ici, les enfants en se lavant, fournissent de l’eau aux animaux sauvages qui semblent heureux dans la ville.

streetart berlin

En 2 ans, l’Allemagne a accueilli près d’un million de migrants, ce thème est donc important depuis peu. Sur une façade rénovée, on trouve cette oeuvre de 2018 d’Herakut (un couple d’artistes) où une petite fille affirme que son maison n’est peut-être pas un palace mais qu’on peut la partager.

berlin streetart
Herakut sur le thème des migrants

Prinzessinnengarten

Nous avons fait un crochet par le jardin collaboratif/alternatif Prinzessinnengarten. Entretenu par des volontaires, ce jardin propose un biergarten où l’on peut boire également manger, notamment le fruit des récoltes du jardin, sur des grandes tables à bois à l’ombre et au calme.

biergarten berlin
Le biergarten
Le fonctionnement du jardin collaboratif/alternatif

Le streetart, ce n’est pas forcément des oeuvres monumentales, preuve en est ce petit morceau de bois peint à l’huile par Niko.

streetart berlin niko

On arrive dans le quartier de Kreuzberg, haut lieu de la culture alternative avec de nombreux squats mais aussi une forte communauté turque. Le thème politique, s’il est moins prégnant depuis la chute du mur, est toujours présent :

street art berlin

Nous empruntons ensuite le canal Luisenstädtische, ou plutôt l’ancien canal car s’il subsiste des ponts, il a été rebouché. C’est un endroit bien agréable et nous aboutissons à un plan d’eau avec des jets d’eau. De l’autre côté de la rue, nous pouvons apercevoir l’église St-Michel dont le centre détruit est laissé comme trace et souvenir de la guerre.

Il s’agit bien d’un ancien canal rebouché, ce qui explique pourquoi la piste est en contre-bas de la rue.

L’église Saint-Michel, éventrée par les bombardements

Notre promenade nous mène alors au bord de la Spree, d’où nous pouvons apercevoir le YAAM (Young and African Arts Market).

yaam berlin
YAAM – bord de la Spree

Holzmarkt

En continuant le long de la Spree, nous entrons dans un autre lieu alternatif, Holzmarkt, où une oeuvre d’El Bocho nous accueille.

holzmarkt berlin

 

holzmarkt berlin

holzmarkt berlin

Quasi inexistant il y a 10 ans, cet endroit s’est développé rapidement au bord de la Spree, une sorte de village créatif qui concilie culture, musique et fête, le tout dans un cadre paisible.

East Side

Nous rebroussons chemin pour rejoindre East side un morceau de 1.3km du mur, la plus grande galerie d’art en plein air. Devant les évènements extraordinaires qui étaient en train de se passer au moment de la chute du mur, de nombreux artistes se sont retrouvés pour peindre sur celui-ci.

east side noir
Parmi les artistes, Thierry Noir, l’un des premiers à avoir peint sur le mur.

East side est très fréquenté et nous arrivons à un autre pont pour retraverser la Spree, Oberbaumbrucke, construit à la fin du XIXème siècle sur deux étages.

oberbaumbrucke berlin
Oberbaumbrucke

Notre boucle se termine et nous voyons les dernières oeuvres murales, comme celle-ci où la chute du mur entraîne la hausse de l’Euro.

streetart berlin

Les lettres bleues et rouges descendantes sont les marques d’un célèbre collectif les “Berlin kidz“.

Notre tour se termine, et nous avons été vraiment ravis de découvrir tous ces endroits et de comprendre un peu mieux Berlin grâce aux informations données par notre guide. Cette balade à vélo nous a aussi donné l’envie de louer des vélos le lendemain pour parcourir d’autres quartiers de la ville.

De retour dans notre quartier, nous découvrons une rue super sympa, RaumerstraBe. Restaurants, jolies façades, grand parc/aire de jeux et une maison de quartier, devenue symbole de la lutte contre la gentrification du quartier. 

La maison de quartier

 

4ème et dernier jour

Reichstag et porte de Brandebourg

Nous voilà dans l’ouest de Berlin, au bord du Tiergarten, le grand parc berlinois. Ici de grandes esplanades désertes jouxtent des bâtiments officiels, notamment la Chancellerie fédérale construite après la réunification, une fois que Berlin ait été choisie comme capitale de l’Allemagne réunifiée.

chancellerie fédérale berlin
La chancellerie fédérale

A quelques centaines de mètres de là, on trouve le fameux Reichstag avec son fameux dôme en verre. Nous avions voulu réserver pour pouvoir accéder à celui-ci mais une semaine avant, il n’y avait déjà plus de places… Nous ne pouvons donc admirer le monument que de l’extérieur. Face à lui, encore une de ces immenses places vides, ça fait toujours bizarre de tels espaces inoccupés en pleine ville.

reichstag berlin
Le Reichstag

 

L’immense esplanade déserte face au Reichstag

Nous passons par un petit bout de Tiergarten pour arriver devant la porte de Brandebourg. Avec l’Alexanderplatz, c’est l’endroit le plus fréquenté de Berlin que nous ayons vu. Même le matin, il y a beaucoup de monde.

Cette porte, qui a fait partie intégrante du Mur pendant des décennies, est devenu un des symboles forts de la réunification. Construite fin 18ème, elle s’inspire de l’Acropole d’Athènes.

porte brandebourg berlin
La porte de Brandebourg

Tout autour, des ambassades mais aussi le boulevard Unter den Linden, majestueuse artère à découvrir.

 

Le Mémorial de l’Holocauste

A quelques pas de la porte de Brandebourg, on trouve également le mémorial aux Juifs assassinés ou mémorial de l’Holocauste.

Il s’agit, en surface, de 2711 stèles de tailles diverses qui font penser à une sorte de labyrinthe oppressant. On voit de nombreux touristes se prendre en selfie devant avec un grand sourire, ou en couple en s’embrassant… un peu de mal à comprendre mais bon.

memorial holocauste berlin
Le mémorial de l’Holocauste

Une file d’attente se forme devant l’entrée, du fait d’un contrôle de sécurité proche de celui effectué dans les aéroports. Puis on parcourt 4 salles.

La première salle présente des lettres ou des journaux intimes de personnes qui seront déportées. Ces témoignages sont poignants car ils sont souvent les derniers des victimes. Et surtout, on réalise que dès les premières années de la guerre, des témoignages tout à fait crédibles étaient envoyés aux 4 coins de l’Europe ; on peut donc supposer qu’il était impossible de ne pas savoir ce qui se passait dans les camps de concentration.

La deuxième salle présente des familles juives à travers l’Europe. On se rend compte de la diversité de ces familles et à quel point elles furent décimées par les Nazis.

Dans la troisième salle sont lus les noms et une courte biographie des victimes de l’Holocauste. Il est inscrit que pour écouter toutes ces informations il faudrait plus de 6 ans…

Enfin, une quatrième salle présente tous les lieux de persécution et d’extermination des Juifs.

Une visite éprouvante qui ne sombre pas dans les images “choc” et qui rend bien compte de l’étendue, de l’horreur et de la cruauté de la Shoah.

Encore une fois, dommage que les textes ne soient pas traduits en français, seulement en anglais. Pour les ados français c’est difficile de bien comprendre, à moins d’un bon niveau en anglais ou allemand.

 

Charlottenbourg

Le streetart tour de la veille nous ayant convaincu que le vélo était la meilleure façon de découvrir encore Berlin, nous louons des vélos dans le quartier de la porte de Brandebourg et nous dirigeons vers le Tiergarten que nous allons traverser afin d’atteindre Charlottenbourg.

Le Tiergarten est un grand parc, de 3km de long et 1 km de large. De grosses avenues le traversent, ainsi que de nombreux chemins que l’on peut prendre à pied ou en vélo.

Pour rejoindre Charlottenbourg, qui se trouve à l’ouest de Berlin, nous longeons la Spree qui offre un parcours calme et bucolique.

spree berlin
Le long de la Spree

Nous arrivons à Charlottenbourg par les jardins du château. Ça tombe bien puisque c’est ce que nous venions voir !

jardins chateau charlottenbourg berlin
Les jardins du château de Charlottenbourg

Construit principalement au 18ème siècle, ce château est imposant et propose des jardins à la française (cf photo ci-dessus) mais aussi des sous-bois tout à fait charmants.

chateau charlottenbourg

Fidèles à eux-mêmes, Numéro 1 et 2 ne souhaitent pas visiter l’intérieur…

mr garrison crying GIF by South Park

Nous repartons donc en direction du Tiergarten pour le parcourir un peu plus en détails… En traversant Charlottenbourg, j’ai tout de même le temps de remarquer l’hôtel de ville.

Mairie de Charlottenbourg

Tiergarten

Nous revoici dans le Tiergarten, mais cette fois-ci, nous le traversons en flânant un peu comme on le sent.

Et on le sent bien ! On arrive près d’un lac qui s’appelle Neuer See ; c’est presque sauvage comme coin.

Tiergarten, neuer see
Tiergarten, neuer see

En suivant le lac, on arrive à un biergarten très sympa : Café am Neuen See. Tables en bois, locations de barques, cabines en bois colorées, typique et so cool !

On se croirait presque à la plage !

 

Chouette, non ?

On peut boire un coup évidemment mais aussi commander des plats simples et pas chers (choucroutes, poulet/pommes de terre ou pizzas) ; en plus, il y a le tournage d’un film.

chow yun fat yes GIF

Après cette pause bien méritée, nous reprenons nos montures et passons près de La Siegessäule (« colonne de la victoire »). Il est possible de monter au sommet de la couronne pour observer le Tiergarten de haut.

La Siegessäule berlin

Juste avant de revenir à la porte de Brandebourg, nous passons également devant le mémorial aux soldats russes tombés pendant la Seconde Guerre mondiale.

memorial soldats russes

Balade à travers Berlin à vélo

Nous terminons notre séjour sur nos vélos, en traversant des endroits que l’on a bien aimé ou qu’on n’a pas eu le temps de voir.

Ainsi, nous reprenons par exemple OranienstraBe, la plus connue des rues du quartier “alternatif” de Kreuzberg où s’enchaînent restos, bars, clubs etc… mais aussi quelques oeuvres de streetart.

streetart oranienstraBe

Puis, nous poursuivons notre promenade dans le Berlin “alternatif” pour arriver à Gorlitzer park. Bon, on ne s’y est pas attardés, des groupes de dealers sont stationnés aux entrées et dans le parc, qui franchement, est loin d’être beau, en tout cas pour la partie que nous avons traversée.

Gorlitzer park
Gorlitzer park
Un squat aux abords du parc

Nous revenons à notre point de location en profitant encore une fois des bords de la Spree. Demain matin tôt, nous reprendrons le chemin de l’aéroport… Goodbye Berlin !

 

Alors Berlin ?

Berlin nous a dérouté, c’est vrai. Habitués des villes “monumentales” comme Paris, Rome, New-York ou Londres, Berlin nous a fait perdre nos repères. Une ville avec peu de monuments historiques, une renaissance après les bombardements de 1945, puis une re-renaissance après la chute du mur. Berlin, c’est une ville presque sans Histoire mais sculptée par l’Histoire ; où l’Histoire tourmentée et pesante de cette capitale jadis berceau de l’Horreur est présente partout. C’est une grande ville où on  vit comme dans une petite ville de province. Une ville où on n’est pas speed ; où les costards-cravates se comptent sur les doigts d’une main. Alors promis la prochaine fois, on prendra notre temps de rentrer dans ces bars de quartier, y jouer au ping-pong, s’attabler aux biergarten sous les arbres des jardins cooopératifs. On a compris maintenant ; Berlin n’est pas Paris. Paris se visite ; Berlin se vit.

 

Sitographie :

 

Vous trouverez prochainement d’autres articles sur le blog :

  • un guide complet et pratique (se rendre à Berlin, transports sur place, musées, visites, logement, argent, nourriture…)
  • un article spécial “streetart tour in Berlin”
  • les choses qui vont vous étonner à Berlin
  • Berlin, la ville qui inspire bien des questions
Please follow and like us:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *