LA PTITE FAMILLE BAROUDEUSE

Nos voyages à travers le monde, avec ou sans enfants
Annecy et sa région France

Annecy en hiver : que faire, que voir en famille ?

La région d’Annecy fait partie des endroits que nous préférons en France. Nous y sommes allés plusieurs fois, aussi bien en été qu’au printemps mais cette fois, nous voulions un séjour 100% hivernal. Nous voici donc de retour dans la région d’Annecy en hiver, en plein de mois de février ! Suivez-nous pour découvrir tout ce que vous pouvez y faire et y voir en famille !

 

Comment se rendre à Annecy ?

Pour aller à Annecy, 2 solutions principales : la voiture ou le train.

Le train est la solution la plus éco-responsable. Comptez environ 150€ par personne pour un aller-retour en TGV depuis Paris.

Les activités prévues lors de ce séjour demandent de nombreux déplacements, il faut donc prévoir une voiture de location.

La voiture en famille est une solution assez économique bien qu’avec l’augmentation des prix de l’essence… Depuis Paris comptez 45€ de péage.

Où loger dans la région d’Annecy ?

En faisant une recherche de logement, vous réaliserez rapidement qu’il est quasi impossible de trouver quelque chose pour 4 à moins de 130€ la nuit sur Annecy même. Ajoutez à cela les difficultés pour se garer et vous comprendrez pourquoi on prend systématiquement des logements hors d’Annecy.

Quand nous sommes allés au Mont-Saxonnex, nous avions choisi un logement dans la petite ville de La Roche-sur-Foron, beaucoup moins chère qu’Annecy.

Les autres fois, nous avons toujours choisi un logement sur Thônes. En effet, cette ville est très pratique. Elle propose tous les services indispensables (supermarché, essence, restaurants, distributeurs…) et se trouve particulièrement bien située à 20′ d’Annecy mais aussi à 20′ de plusieurs stations, que ce soit Manigod ou le Grand-Bornand.

Cette fois encore, nous avons réservé un logement à 2′ de Thônes dans le petit village des Clefs pour moins de 90€ / nuit. Il s’agissait de nouveau d’un AirBnB avec cuisine qui permet de faire quelques repas et d’économiser sur ce secteur de dépenses.

Pour économiser encore davantage, vous pouvez opter pour des logements collectifs parfois appelés maisons familiales. Ce sont de grosses structures où chaque famille dispose d’une chambre ou d’un petit appartement mais dont les autres parties sont communes. Le rapport qualité/prix est souvent très bon et on peut opter pour de la demi-pension ou pension complète si on n’a pas envie de faire à manger pour des prix très raisonnables. (plus d’infos sur l’OT de Thônes)

 

Séjour dans la région d’Annecy en hiver, que voir, que faire ?

Rando raquettes à Manigod

A peine arrivés, nous prenons la direction de la station de Manigod. La route qui y mène nous fait rêver. En effet, en allant vers le col de la Croix Fry en venant de Thônes, on découvre de magnifiques chalets à chaque virage.

Arrivée à Manigod

Nous nous garons au sommet de la Croix Fry qui se trouve à 1467m d’altitude.

Face à nous un petit plateau adapté à l’apprentissage du ski de fond. Vers la droite, une piste verte descend tranquillement tandis que légèrement sur la gauche, une petite piste de luge est dévalée par quelques enfants.

Derrière nous, les pistes bleues et rouges ainsi que les principales remontées mécaniques de la station.

Le petit plateau et les pistes bleues et rouges

Cette station, nichée au cœur des Aravis, rejoint le domaine skiable de la Clusaz. Elle est, chose rare, à la fois un lieu de ski alpin mais aussi de ski de fond. Manigod se distingue également comme étant la station proposant le plus grand domaine skiable nocturne de Haute-Savoie.

Raquettes vers le plateau de Beauregard

Notre découverte de la station passe d’abord pour une rando raquettes.

Nous enfilons donc les raquettes pour se lancer à l’assaut de notre 1ère rando. Numéro 3 étrenne pour l’occasion de toutes nouvelles raquettes adaptées à son âge (l’essai complet ici), des Evvo Shoshibaa.

Les nouvelles raquettes de Numéro 3

Nous suivons -plus ou moins, comme d’habitude !- le parcours balisé n°8 qui est censé grimper dans la montagne opposée aux pistes de la photo précédente afin d’avoir une vue sur le plateau de Beauregard, haut lieu du ski de fond de la station.

Ca commence par une légère montée que l’on aurait pu faire sans raquettes. Il fait très beau et on regrette presque d’être partis avec les vestes de ski.

Après quelques centaines de mètres, la trace tourne sur la gauche et la montée se fait plus raide ainsi que la neige plus épaisse.

Ca commence à grimper !

Le sentier devient vraiment étroit et slalome entre les sapins, alternant courtes montées et descentes.

Sur la gauche, une clairière apparaît, recouverte d’une épaisse poudreuse vierge de toute trace.

Nous nous promettons d’y passer sur le retour.

Nous atteignons le sommet du parcours fléché et apercevons le magnifique plateau de Beauregard, haut lieu du ski nordique de la région.

Le sentier continue de slalomer parmi les sapins, avec un profil un peu plus descendant cette fois.

En coupant légèrement, on retrouve la fameuse clairière de poudreuse. Après une petite pause ensoleillée pour goûter, quel plaisir de parcourir cette étendue de neige scintillante ! La poudreuse crisse sous nos raquettes, le panorama ravit nos pupilles.

 

La fin du parcours nous permet de rejoindre tranquillement la station (en passant notamment devant le célèbre restaurant de Marc Veyrat, le Chalet des Bois) avec des paysages toujours aussi photogéniques, comme ce petit chalet.

L’après-midi se termine par une petite séance de luge avant de rentrer à Thônes.

 

Rando raquettes au Plateau des Glières

Le lendemain matin, nous partons sous le soleil rejoindre l’autre haut lieu du ski nordique de la région, la plateau des Glières.

Le plateau des Glières

Le Plateau des Glières est situé à 1440 mètres d’altitude. C’est un site labellisé Espace Naturel Sensible (ENS) et classé site Natura 2000.

C’est également un haut lieu de la Résistance. En 1944, 500 hommes s’y cachèrent pour recevoir et distribuer des armes destinées aux maquis de Haute-Savoie. D’où la présence d’un monument inauguré en 1973 ; l’œuvre d’Émile Gilioli est un symbole d’espérance et de paix inscrite au titre des monuments historiques depuis 2020.

Monument National à la Résistance
Monument National à la Résistance

L’été, c’est un immense espace de prairies réservées aux vaches.

L’hiver, le domaine nordique propose près de 30 km de pistes de ski de fond. On y trouve également 17 km d’itinéraires balisés piétons et raquettes. Enfin, deux pistes de luges aménagées sont accessibles à tous.

Route difficile

Nous suivons le GPS pour rejoindre le plateau depuis Thônes, celui-ci nous fait passer par une route très escarpée et sinueuse. Le bitume est humide et brillant, il faut -1°, on ne fait pas les fiers car il est clairement impossible sur cet itinéraire de faire demi-tour ou d’effectuer quelque erreur de conduite que ce soit…

Un petit conseil, si vous y allez en hiver, ne suivez pas le chemin le plus court, prenez par Thorens-Glières, la route est beaucoup plus facile !

Nous arrivons sans encombre à un grand parking. Un très beau chalet restaurant, bien placé à l’entrée du plateau, nous donne très envie pour le déjeuner.

Difficile de résister à cette terrasse non ?

Rando raquettes

Une fois les raquettes chaussées, nous choisissons un parcours balisé de 2.5 km. Une carte sur un grand panneau permet de visualiser les tracés. Notre itinéraire nous fait traverser une partie du plateau avec comme point d’orgue une piste de luge qui fait face au Monument national à la Résistance.

On suit des traces assez larges qui coupent à plusieurs endroits les pistes de ski de fond.

Le soleil et la douceur rendent la balade encore plus agréable. On peut sortir des traces pour profiter de la poudreuse ici aussi.

La piste de luge est en vue, ouf, je n’ai pas transporté la « pelle » pour rien. Face au monument, l’emplacement de cette piste de luges aménagée est magnifique. On aperçoit un traineau à chiens… que l’on découvrira un peu plus en fin de séjour.

Le retour au parking se fait tranquillement ; pour varier on essaie de passer un peu plus en dehors des traces. Et c’est très beau !

Repas chez Régina

Nous n’avons pas pu, après cet effort d’1h30 environ, résister à la terrasse de chez Régina. Bien installés, nous dégustons une assiette de charcuterie accompagnée de spécialités locales, les beignets de pommes de terre.

J’avoue que j’avais beaucoup aimé ce genre d’assiettes lors d’une virée au Mont-Saxonnex, mais là j’ai été un peu déçu. Bon, peut-être que je deviens juste un vieux grincheux ?

Grampa Simpson Meme GIF by MOODMAN

Le repas étant terminé et après avoir bien profité du soleil, nous voilà repartis en direction du Grand-Bornand où nous souhaitons visiter le vieux village typique du Chinaillon.

 

Le Grand-Bornand – Le Chinaillon

Pour accéder à la station du Grand-Bornand, on passe par le Grand-Bornand village, plutôt animé ce jour-là. Il se trouve à 950m d’altitude. Une route large et bien déneigée nous mène à la station, à 6.5 km de là.

La station du Grand-Bornand (qui débute à 1300m) est pleine de charme ; authentique, conviviale et les pistes qui de prime abord nous semblent peu nombreuses sont toutes ensoleillées.

Jouxtant la station, on trouve le vieux village du Chinaillon avec sa chapelle et ses chalets authentiques préservés.

On a eu un peu de mal à le trouver car la station s’appelle aussi Le Grand-Bornand Chinaillon… Pour trouver le lieu exact, taper sur votre gps « Chapelle Chinaillon » et vous arriverez devant un chalet/ferme qui vend des produits locaux avec un parking devant.

Vous pourrez alors vous promener dans les quelques rues du vieux village avec sa chapelle et ses chalets centenaires. Autant on peut souvent voir de beaux chalets typiques dans de nombreux villages de Savoie et Haute-Savoie mais voir des chalets aussi bien conservés, aussi anciens et aux toits d’ancelles, c’est vraiment rare.

On remarque la taille très basse des portes, astuce de l’époque pour se protéger du froid. Toutes les ouvertures étaient réduites afin de limiter les entrées d’air froid.

Rando raquettes sur le hauteurs du Chinaillon

Nous passons prendre les raquettes pour suivre un itinéraire balisé qui permet de dominer le vieux village.

Il fait tellement doux qu’on enlève les manteaux. Le chemin semble très pratiqué, et ne nécessite pas vraiment les raquettes. Du coup, on sort de celui-ci pour marcher dans la poudreuse.

Numéro 3 est bien fatigué et traine la patte. Une fois arrivés aux premiers chalets du hameau, on fait donc demi-tour.

Le retour permet d’avoir une belle vue d’ensemble sur le vieux village.

 

Journée à Manigod : raquettes et ski alpin

Notre séjour à Annecy en hiver se poursuit et nous décidons de tester le ski alpin à Manigod. On a en effet remarqué que les pistes avaient l’air bien sympas et on aimerait également expérimenter le ski nocturne.

Numéro 3 est de nouveau en forme après son petit coup de fatigue de la veille, nous nous lançons d’abord dans une nouvelle rando en raquettes.

Rando raquettes n°3

Nous prenons un itinéraire qui rejoint le col du Merdassier et fait ensuite la liaison avec le col de la Croix-Fry.

Le début de la balade est sympa, monte tranquillement dans les sapins.

Arrivés à un genre d’étang, on redescend vers le col du Merdassier. Le nom est certes moche mais l’endroit est sympa. On tombe à nouveau sur un attelage de chiens.

La suite du parcours est un peu moins drôle. On longe les pistes de ski qui retournent vers la Clusaz et on se trompe de chemin. Nous voici arrivés en bord de route, à 1.5km du parking… La perspective de marcher le long d’une route fréquentée en raquettes est moyennement satisfaisante, heureusement, on distingue un arrêt de ski-bus à 20m de là.

Un quart d’heure d’attente et le ski-bus nous délivre de notre triste sort en nous ramenant au col de la Croix Fry.

On peut alors faire un pique-nique au soleil sur l’espace apprentissage de ski de fond de la station de Manigod.

 

Ski alpin et ski nocturne

Après la pause déjeuner, le temps est toujours aussi radieux et doux. Nous nous dirigeons vers une boutique de location de matériel de ski pour louer le nécessaire (skis et chaussures) et prenons un forfait « décalé » qui permet de skier de 13h à 21h et donc de tester le ski nocturne. En effet, Manigod met en avant son grand domaine skiable de nuit qui serait le plus grand nocturne de Savoie (voir tarifs ski Manigod). Pour les gourmands, la station propose également des formules spéciales combinant forfait de ski nocturne et un repas à partir de 27€ par personne (en savoir plus ici).

Nous voilà donc sur les pistes de la station. Habitués de la station la Plagne-Montchavin , ce qui nous a le plus surpris c’est que la majorité des équipements sont des tire-fesses ou des télésièges qui semblent un peu anciens.

Néanmoins, ça fait le job et on passe un bel après-midi à parcourir les 25km de pistes du domaine. Ce domaine est d’ailleurs relié à celui de la Clusaz qui permet d’avoir accès à 130km de pistes. A tester une fois autre peut-être !

On s’amuse bien sur une neige super agréable. Bon ok, petit coup d’énervement quand je n’ai pas réussi à rechausser après une gamelle dans un passage un peu raide, mais on ne dira rien !

De très belles vues dans un magnifique paysage sous le soleil et la douceur… avec peu de monde sur les pistes alors que nous sommes pendant les vacances de février, que demander de mieux ?

Le soir commence doucement à tomber et on va chercher les polaires avant de passer en session nocturne.

Plusieurs pistes sont éclairées et on peut descendre en toute sécurité dans une ambiance totalement différente. C’est franchement sympa et pour les locaux, c’est l’opportunité de skier après le travail !

Notre dernière descente vers la station nous permet d’avoir ce beau panorama illuminé avant de rentrer, un peu fatigués de cette longue journée.

 

Dernière journée à Annecy en hiver

Musée du film d’animation

Après ces journées de grand beau, le jour se lève dans le brouillard et la pluie. Nous bouclons nos valises et prenons la route vers Annecy.

Nous profitons de ce temps pourri pour aller visiter le musée du film d’animation d’Annecy.

Le Conservatoire d’art et d’histoire, à quelques mètres du Château d’Annecy, accueille l’exposition consacrée au cinéma d’animation. Garez-vous sur les parkings du centre ville et rejoignez le conservatoire à pied.  (adresse : 18 avenue de Tresum)

Une fois l’entrée gratuite franchie, l’exposition mène au cœur du processus de création de l’image animée grâce un parcours présentant des appareils variés retraçant l’histoire de l’animation.

L’exposition présente aussi des techniques de l’animation via des vidéos, des photos, du matériel.

Le film d’animation à l’honneur au moment de notre visite était « Même les souris vont au paradis » (voir la bande-annonce). Des décors originaux sont exposés et des documentaires montrent le travail des réalisateurs de ce film qui mêle animation de marionnettes et animations en images de synthèse.

Un décor de film d’animation réalisé entièrement en pâte à modeler

Après en avoir pris plein les yeux et essayé d’expliquer la persistance rétinienne à un enfant de 7 ans pas forcément très patient

Angry Mad GIF by Pokémon

nous sortons du musée et ô surprise, le temps a complètement changé !

 

Annecy en hiver et au soleil

Quel plaisir d’arpenter la vieille ville et les bords du lac que nous connaissons si bien sous ce soleil radieux !

La vieille ville

On découvre la vieille ville dès les abords du lac.

En longeant le canal du Thiou, on voit de plus près Le Palais de l’Isle. Ce monument, construit au XIIème siècle, fut d’abord une résidence seigneuriale avant de devenir un palais de justice puis une prison (on voit les barreaux à plusieurs fenêtres). Le Palais de l’Isle est aujourd’hui un lieu d’exposition sur l’architecture et le patrimoine du territoire d’Annecy.

palais isle annecy
Le Palais de l’Isle sur lequel on aperçoit des fenêtres à barreaux, vestiges du temps où il était une prison

On continue notre promenade après un repas-crêperie au centre-ville puis on contourne le lac par la droite.

Les vues sont toutes plus belles les unes que les autres, notamment sur le fameux pont des Amours.

A l’abri d’arbres centenaires alentours, ce pont est un symbole d’Annecy. Cette passerelle métallique, construite en 1907 sur une idée de Charles Galletto, permet de joindre la promenade au quai. Depuis le pont, le passant peut profiter d’une magnifique vue sur le lac.

Vue du pont des Amours

Suite à cette très agréable promenade digestive, nous reprenons la voiture direction le plateau des Glières pour une surprise dédiée à Numéro 3…

 

Baptême en traîneau à chiens

Nous prenons donc la route sans révéler la suite du programme à Numéro 3 qui se pose 1000 questions et envisage aussi bien une demi-journée de ski qu’un vol en hélicoptère ou une rencontre avec des Pokemons !

La route qui passe par Thorens-Glières est beaucoup moins compliquée que celle que nous avions pris quelques jours avant et nous arrivons du côté de l’école de ski de fond sur le plateau des Glières qu’une couche de fine neige vient d’embellir encore davantage.

Le musher (personne qui gère l’équipage de chiens) nous attend et nous installe confortablement dans le traîneau.

Les sensations sont géniales, voir la cohésion et le courage des chiens si bien dressés est impressionnant ! Numéro 3 est aux anges.

Le traîneau entre ensuite dans les bois par un petit sentier, offrant une nouvelle ambiance à la balade.

Après une pause, le traîneau repart toujours dans la bonne humeur vers l’arrivée de notre parcours. Les paysages sont superbes.

Pour un retour complet sur cette activité, vous pouvez lire notre article « Baptême en traineau à chiens« .

 

Annecy en hiver : le bilan

Notre séjour touche à sa fin suite à cette belle activité.

Nous avons été ravis de ces quelques journées dans cette magnifique région. Le temps nous a bien aidé avec un soleil et une douceur quasi sans failles.

Les activités que nous avons pu faire nous ont toutes ravis, que ce soit les randos raquettes, le ski, les visites, tout nous a plu.

Rien à dire, Annecy quelque soit la saison c’est juste un endroit magique

Valentines Day Love GIF by Looney Tunes World of Mayhem

 

 

Sitographie

Musée du film d’animation d’Annecy : http://musees.annecy.fr/Musee-du-film-d-animation

Le plateau des Glières  : https://domainenordiquedesglieres.com/

La station de Manigod : https://www.manigod.com/hiver

Office de tourisme d’Annecy : https://www.lac-annecy.com/

Station du Grand Bornand : https://www.legrandbornand.com/ski-alpin-snowboard-telemark.html

La page Facebook de l’OT Faucigny Glières : https://www.facebook.com/FaucignyGlieresTourisme

La page Facebook de l’OT de Thônes Cœur des vallées : https://www.thonescoeurdesvallees.com/

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *