LA PTITE FAMILLE BAROUDEUSE

Nos voyages à travers le monde, avec ou sans enfants
France

3 jours à Lyon en famille

Lyon, à la confluence de la Saône et du Rhône, capitale gastronomique mais aussi ville historique majeure, a tout plaire. Pourtant, cela fait des années que nous la traversions uniquement, ou la contournions, point incontournable de la route du Sud… Cette fois-ci, nous étions bien résolus à nous y arrêter et à y rester 3 jours afin d’enfin la découvrir.

 

En route pour visiter Lyon !

Il est facile de se rendre à Lyon, que ce soit en train avec une desserte importante via TGV ou TER ou en voiture avec de nombreuses autoroutes qui y mènent, provenant des 4 points cardinaux.

 

Se loger et se garer à Lyon

Pas de difficultés notables pour loger sur place. Hôtels, AirBnB, il y en a pour tous les goûts. Nous avons trouvé un AirBnB très central qui nous a permis de faire quasi tout le séjour à pied.

Pour garer la voiture, j’avais repéré un parking P+R, un parc relais qui permet de déposer sa voiture gratuitement si un ticket de transport en commun est validé pour se rendre au centre-ville et pour en revenir. Cependant, en y arrivant, celui-ci était plein… En remontant au hasard un boulevard, errant comme des âmes en peine, imaginant déjà notre début de séjour compromis à cause de ce fâcheux contre-temps, nous avons trouvé une place de parking gratuite, du coup nous y avons laissé la voiture. Il nous restait à prendre le métro pour rejoindre le centre-ville.

 

1er jour à Lyon

Nous descendons du métro à Hôtel de Ville, l’arrêt le plus proche de notre très central logement. Nous découvrons la fameuse place des Terreaux, malheureusement en travaux et l’Hôtel de Ville.

Quelques centaines de mètres plus loin, nous approchons de l’adresse de notre logement et découvrons une 1ère façade peinte, très… féline !

mur peint Lyon

Les façades peintes de Lyon

Ces murs peints sont nombreux et font partie du patrimoine de la ville. En contrebas, tout près des quais se trouve un autre mur, le mur peint des écrivains.

Si vous êtes friands de ces murs colorés, Lyon visite a créé un itinéraire pour n’en manquer aucune, le voici :

Nous prenons possession de notre logement. Vu le nombre de boîtes à clé dans l’immeuble, nous ne devons pas être les seuls à loger dans un AirBnB en plein cœur de Lyon…

A peine le temps de souffler, nous partons à la recherche d’un bus pour rejoindre le parc de la Tête d’Or.

 

Le parc de la Tête d’Or

Pas évident de repérer le bon bus et surtout l’arrêt précis de celui-ci. Nous marchons un peu au hasard sur une grande avenue, interrogeons un chauffeur de bus et finalement trouvons le bon arrêt, juste derrière la CCI Lyon Métropole qui vaut le coup d’oeil.

Un quart d’heure plus tard, nous voilà à  l’entrée du Parc de la Tête d’Or. Ce parc est le plus grand parc urbain de France, avec 117 hectares ! Il propose de nombreuses activités : zoo, manèges, boutiques, spectacles, balades en poneys, jardin botanique.

En entrant, on découvre une belle étendue d’eau et de larges allées.

Nous suivons le bord est du lac. Sur les vastes pelouses, des gens sont assis, profitant du soleil, d’autres jouent au foot, au freesbee…

Nous repérons ce sympathique endroit pour prendre le goûter un peu plus tard.

Nous arrivons à une bifurcation et suivons l’artère principale qui mène vers le zoo et les aires de jeux.

 

Malaise près du zoo, comme d’habitude ?

Il est toujours délicat de se faire une opinion sur un espace où les animaux sont enfermés. Personnellement, j’y suis toujours opposé ; toute activité avec des animaux me gêne profondément. J’ai pris quelques informations concernant ce zoo qui regroupent des centaines d’animaux, le site du parc annonce que la moitié de ces captivités participent à des programmes européens d’élevage. “En effet le Zoo de Lyon est membre de l’Association Européenne des Zoos et Aquariums et à ce titre agit concrètement pour la conservation des espèces en favorisant la reproduction des pensionnaires qu’il accueille. Les nombreuses naissances d’animaux d’espèces menacées en sont la preuve.” On peut penser que l’organisation est de bonne foi, l’entrée du parc étant gratuite mais j’avoue que nous ne sommes pas restés longtemps, gênés de voir singes, lions, girafes et autres animaux plus ou moins exotiques enfermés.

Gênés de voir cette pauvre girafe dans un enclos sous le climat lyonnais…

Nous découvrons ensuite aires de jeux et manèges et après traversé la roseraie (sans roses, nous sommes en février).

Le goûter au bord de l’eau dans l’établissement repéré quelques instants auparavant nous permet enfin de terminer d’une jolie façon la visite du Parc de la Tête d’Or, où nous aurions pu passer beaucoup plus de temps.

Une ptite crêpe au bord de l’eau

 

Soirée hot-dog/balade

La journée se termine par un repas bien léger (!) aux abords de la place des Terreaux. J’ai bien tenté de les emmener dans un bouchon (restaurant typique lyonnais) mais le menu ne les a pas enchantés…

Avant de digérer le long des quais de la Saône avec cette sympathique vue sur Fourvière, que nous irons voir le surlendemain.

2ème jour à Lyon

En ce deuxième jour, nous avons un planning bien chargé. Tout d’abord une balade à pied dans le centre de Lyon pour découvrir deux places historiques de la ville, la place des Jacobins et la place Bellecour. Puis, nous prendrons le métro pour rejoindre MiniWorld Lyon. L’après-midi, nous visiterons le vieux Lyon et ses fameuses traboules avant de monter à Fourvière. Rien que ça !

Place des jacobins et place Bellecour

En partant de notre logement, situé sur la presqu’île, nous arrivons à pied sur la magnifique place des Jacobins. Étonnamment, la circulation est très réduite, et nous pouvons profiter de la splendide fontaine centrale de 1885 entourée de très beaux immeubles de XIXème siècle dans le calme.

L’endroit, renové récemment, est paisible et incite à la flânerie dans ce style très “chic” entre belle architecture et boutiques (plus ou moins) de luxe.

A quelques pas de là, nous arrivons place Bellecour, dans un autre style. La place est immense, c’est d’ailleurs la 5ème plus grande place de France. Les bâtiments qui l’entourent sont plus “traditionnels”.

Place Bellecour

Cette place, entièrement piétonne, est le point 0 kilométrique de Lyon ; toutes les distances sont calculées à partir de ce point précis. L’endroit a plu à Louis XV, puisqu’il a choisi cette place pour y installer une statue à son effigie.

La statue d’origine a été détruite pendant la Révolution et une autre a été installée en 1825.

La statue de Louis XV avec, au fond, la Basilique Notre-Dame de Fourvière

Lieu de rendez-vous, de rencontres, d’évènements divers, cette grande place est aussi un lieu de rassemblement spontané comme lors des victoires de la France à la Coupe du Monde par exemple.

Aujourd’hui, elle est très calme et nous prenons le métro, situé à un des 4 coins, pour changer de quartier et nous rendre à MiniWorld Lyon.

 

MiniWorld Lyon

Situé au coeur du pôle de loisir du Carré de Soie à Vaulx-en-Velin, MiniWorld Lyon est un parc miniature à ne pas rater. Enfants comme parents ressortent émerveillés !

MiniWorld Lyon, c’est un parc intérieur qui reconstitue des scènes de la vie quotidienne à la ville, à la campagne, à la mer, à la montagne. Il offre ainsi des paysages variés, des scènes de vie avec des animations sophistiquées qui replongent les plus anciens dans la magie des installations de trains électriques. D’ailleurs l’échelle utilisée est la même, tout est au 1:87ème. On peut passer des heures dans ce parc, tant chaque scène regorge de détails. Encore plus fort, les décors passent automatiquement de jour à la nuit, avec des ambiances et atmosphères adaptées.

Exemples de détails dans un immeuble

On découvre une seconde fois les miniatures une fois le passage à la nuit effectué.

Difficile de dire quel décor on a préféré, mais celui de la montagne en hiver a fait forte impression sur toute la famille !

Mini-Lyon

En 2018, le parc s’est agrandi avec des miniatures sur la ville de Lyon. Très pratique pour repérer ce qu’on a déjà visité et trouver des endroits où flâner ! Et si on rate la fête des Lumières, une mini fête des lumières a lieu pendant la visite, toutes les 60 minutes au moment où la nuit tombe.

La place Bellecour, toujours grande, même en miniature !

Les concepteurs ont non seulement apporté un nombre de détails impressionnants aux décors et personnages mais ils se sont aussi amusés à parsemer les “mondes” de nombreux clins d’oeil humoristiques ou références à des personnages célèbres. Ce qui rend les scènes très sympas à observer pour les grands aussi. Les petits, eux, en ont plein les mirettes avec les animations et les véhicules ferroviaires et routiers circulant de manière autonome. Des “Charlie” de la série “Où est Charlie?” sont également cachés, les ados les cherchent afin de gagner une petite récompense à la fin de la visite.

Au moment de notre passage au MiniWorld Lyon, il y avait une partie consacrée à “Star Wars”, entièrement réalisée en Lego.

Nous sommes ressortis conquis de cette visite, du plus petit au plus grand.

Notre conseil : en venant le matin, vous ferez moins la queue, surtout en période scolaire. Ne prenez pas de poussettes, vous ne pourriez pas vous déplacer dans le parc. Il y a une barrière qui permet d’être au plus près des décors avec une barre en bois à mi-hauteur pour que les petits puissent s’accrocher et bien voir. Comptez 16€ pour un billet adulte non daté, 10€ pour un enfant, gratuit pour les moins de 3 ans.

 

Après une virée au centre commercial pour manger une pizza et acheter quelques livres, nous voilà à nouveau dans le métro pour rejoindre le Vieux Lyon.

 

Le Vieux Lyon et les traboules

Nous traversons la Saône sur le pont Bonaparte pour nous retrouver Place Saint-Jean, le cœur du Vieux Lyon.

Du pont (voir photo ci-dessous), on peut apercevoir l’alignement de la cathédrale Saint-Jean-Baptiste (en bas) et de la Basilique Notre-Dame de Fourvière (en haut).

Juste avant d’arriver place St-Jean

La place St-Jean est un endroit tout à fait charmant avec ses pavés et ses vieilles façades parfois colorées.

Les fameuses traboules

Nous suivons ensuite la Rue St-Jean avec un jeu de piste pour les ados, retrouvez les traboules. Petite déception à ce sujet, nous avions relevé au moins 7 traboules à proximité ou dans cette rue, finalement, seulement trois sont accessibles. Certains sites proposent de sonner chez les habitants pour obtenir l’ouverture de la porte menant à la traboule. Nous nous sommes refusés d’importuner ainsi les Lyonnais.

Les traboules, c’est quoi donc ? Il s’agit de passage piétons à travers des cours d’immeubles qui permettent d’aller d’une rue à l’autre de façon plus rapide.

Vous pouvez trouver de nombreuses explications et les localisations des traboules lyonnaises sur ce site.

L’entrée d’une traboule
Dans la traboule…

 

… dans la traboule…

 

Ce quartier est vivant, plein de boutiques et de bistrots sympas, il est vraiment agréable de s’y promener, le nez en l’air pour observer les jolies façades, cherchant les traboules mais aussi profitant des jolies placettes.

 

rue Saint-Jean, un magasin-musée spécial Guignol, une des stars locales !

 

Nous nous sommes aidés de la carte ci-dessous pour ne rien manquer des points d’intérêt du vieux Lyon.

Parenthèse patrimoine : Lyon, ville classée au patrimoine mondial de l’UNESCO

La colline de Fourvière, les quartiers du Vieux Lyon, le coeur de la Presqu’île et la colline de la Croix-Rousse sont les zones inscrites sur la liste du patrimoine mondial par l’UNESCO, depuis décembre 1998. Cette inscription a probablement participé à la renommée mondiale de la ville et chaque année des millions de visiteurs séjournent à Lyon qui est désormais la 11ème ville la plus visitée d’Europe.

 

Nous avons ainsi traversé le Vieux Lyon jusqu’à la Gare Saint-Paul, point de départ de notre seconde partie de journée. Notre but : rejoindre à pied la Basilique Notre-Dame de Fourvière.

 

La Basilique Notre-Dame de Fourvière

Monter à la Basilique

Une fois à la gare Saint-Paul, trois “chemins” s’offrent à vous en étant à pied ; suivre la route, prendre les escaliers, ou encore monter par le funiculaire (appelé ficelle à Lyon). Nous avons opté pour la 2ème solution. Vous vous en doutez, cette solution est plus courte en distance et en temps, mais plus physique.

Informations funiculaire

En ce qui concerne les funiculaires, il reste 2 lignes, vers Fourvière et St-Just. Ces trajets sont intégrés au réseau de transports en commun de Lyon, vous pouvez donc enchaîner un trajet de métro ou de bus avec l’utilisation du funiculaire avec le même ticket. Pour se rendre à Fourvière, prendre le funiculaire à la station Saint-Jean Vieux Lyon.

Numéro 1 et Numéro 2 se tirent la bourre en grimpant les escaliers comme des cabris. Numéro 3 essaie de les suivre dans les premières volées puis finalement, résigné, reste avec moi… pour finalement terminer sur les épaules de son grand frère, fier comme un coq.

Nous arrivons enfin au pied de la Basilique. Majestueuse !

Son style est vraiment particulier, qu’on qualifie de néo-byzantin. Finie de construire en 1884, cette basilique nous fait immédiatement penser aux édifices religieux russes. Elle est installée sur les bases d’un forum romain, auquel a succédé une chapelle, construite au XIIème siècle (pour en savoir plus, consultez le site du monument).

Imposante avec ses 4 tours culminant à 48 mètres, la Basilique est aussi tout en finesse comme on le découvre avec ces ornements ciselés.

L’intérieur est somptueux. Contrairement à beaucoup de cathédrales où la pierre est apparente, ici tout est décoré de mosaïques d’inspiration byzantine. Les plafonds sont particulièrement spectaculaires. Pierre Bossan, architecte de Fourvière, a souhaité que les grands vitraux “exaltent Marie au ciel et sur Terre”.

Vidéo drone

La vidéo suivante vous permet de faire une visite complète de la Basilique en drone :

Il est possible de visiter la chapelle de la Vierge mais aussi d’accéder à un jardin, les jardins du Rosaire. Ces jardins occupent la pente est de la colline de Fourvière sous la basilique

Ne ratez pas la superbe vue panoramique sur Lyon.

Nous faisons le retour vers le centre, toujours à pied, mais en suivant la route cette fois-ci (ben oui, avec une poussette, c’est quand même plus facile !) pour faire une petite pause avant de reprendre notre visite en soirée, cette fois-ci du côté du quartier de la Croix-Rousse.

 

La Croix-Rousse

Ce quartier est un peu bobo mais qui reste charmant et authentique. On y perçoit une vraie ambiance “village”. C’est aussi le quartier “arty” comme diraient certains, un grand nombre de murs peints lyonnais s’y trouve et de nombreux artsites s’y installent.

Dénommée également la Colline qui travaille, ce quartier est le fief des canuts (ouvriers tisserands de la soie sur les machines à tisser) et de la soierie depuis le 18ème siècle.

Comme souvent à Lyon, pour accéder à ce quartier, il faut grimper ! A partir de l’hôtel de ville, on passe par des rues piétonnes uniquement composées de grandes et larges marches.

Avec, entre autres récompenses, une belle vue sur Fourvière.

On dégote un bon petit japonais et après dégustation de sushis, makis et autres sashimis, nous rentrons fourbus mais ravis de notre journée.

Demain, dernière journée avec la visite du musée des miniatures et du cinéma.

 

Troisième journée à Lyon

Cette dernière journée sera en fait une demi-journée, puisque nous devons reprendre la route après le repas de midi.

Après avoir remballé nos affaires, nous voici dans le vieux Lyon. Nous passons devant le Palais de Justice historique. Celui-ci, aussi connu sous le nom de « palais des vingt-quatre colonnes », vaut le coup d’oeil.

Palais de justice historique
Palais de justice historique

Nous continuons notre chemin pour arriver  au musée Miniature et cinéma. 

 

Musée Miniature et cinéma

Lyon propose de nombreux musées de qualité. Si nous avions eu plus de temps, nous aurions été au musée des arts de la marionnette (musée Gadagne) ou encore au musée gallo-romain. Il a fallu faire un choix, et nous avons opté pour le musée Miniature et cinéma.

Ce musée se trouve au 60, rue Saint Jean, dans la “maison des avocats“, que nous avions repéré hier, lors de notre visite du vieux Lyon.

La Maison des avocats vue de l’intérieur du musée

On trouve 2 parties distinctes dans ce musée.

Les miniatures

Une partie consacrée aux miniatures, partie qui contient 100 scènes miniaturisées et qui a pour but de collectionner et d’exposer le travail des miniaturistes.

Petits et grands sont impressionnés par la précision des détails de ces scènes qui, la plupart, tiendraient dans une boîte à chaussures !

Une chambre d’ado des années 70 miniaturisée… difficile à croire mais la largeur totale ne dépasse pas 50 cm ! Admirez les détails et les effets de lumière… Au fond on a l’impression d’une fenêtre ouverte mais ce n’est pas du tout une fenêtre et elle ne donne pas vers l’extérieur
Une autre miniature avec un métier à tisser

Cette partie du musée est une bonne introduction à la suite, car beaucoup d’effets spéciaux du cinéma sont basés sur la fabrication de miniatures. Prenons l’exemple d’un avion qui fait du rase-motte et détruit une partie du toit d’une maison pendant que les habitants s’enfuient en courant. Et bien la maison aura été construite en miniature, l’avion est une maquette. On filme la maquette qui fonce sur la maison miniature. Les acteurs sont filmés en train de fuir sur fond vert. Le tout est ensuite “mixé” pour le rendu final.

La partie cinéma du musée

Le but de ce musée est de rechercher les objets qui ont servi aux tournages de films avant le “tout numérique”. Souvent abîmés, ils sont restaurés dans les ateliers du musée.

On compte 12 salles d’exposition et 200 films représentés. Evidemment, les films seront plus connus des parents que des enfants, les pièces de tournage étant principalement des films pré-années 2000. Néanmoins, les ados ont été captivés par les explications sur les trucages. Numéro 3 du haut de ses 3 ans, étaient aux anges de voir SpiderMan et autres super-héros en taille réelle !

Il a voulu faire le malin dans la pièce Alien, il a vite fait demi-tour !

scared shadow GIF

Il faut dire que dans le noir, la bête n’est pas très rassurante…

Alien monstre
Le monstre robotisé d’Alien

De nombreux grands noms du cinéma mettent des étoiles dans les yeux des cinéphiles : Amélie Poulain, Batman, Croc-blanc, Alien, Hugo Cabret, Independance Day, 2001 Odyssée de l’Espace, Jurassic Park, les Gremlins, le Dernier Empereur, Star wars…

Numéro 3 en voulait comme nouveau doudou !

Une salle entière est dédiée au film Le Fabuleux Destin d’Amélie Poulain, avec extraits et nombreux objets originaux du film.

Le nain voyageur d’Amélie Poulain
Costumes…
… de super-héros !

La visite se termine par les décors du film “Le Parfum” avec les innombrables petites fioles, flacons et vaporisateurs.

 

Alors Lyon ?

Notre séjour lyonnais se termine ainsi. Lyon, la capitale des Gaules, est une ville qui nous a beaucoup plu. Entre son magnifique et gigantesque parc, son joli centre, ses bords de Saône et de Rhône, ses places iconiques, ses traboules et ruelles du Vieux Lyon, Lyon a tout pour plaire. Mais Lyon nous a aussi enchanté par ses activités originales et familiales. MiniWorld et le musée des miniatures et du cinéma resteront un souvenir fort de notre séjour à Lyon. A noter que nous n’avons rien tenté de spécial côté gastronomie, mais il y a de quoi se faire plaisir dans les fameux bouchons lyonnais… Mais peut-être pas avec 3 enfants.

 

Vous aimerez aussi :

    La Ptite Famille Baroudeuse.png

 

 

2 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *