LA PTITE FAMILLE BAROUDEUSE

Nos voyages à travers le monde, avec ou sans enfants
pirogue hawaienne mimizan
France Sud-Ouest

Balade nature en pirogue hawaienne sur le lac de Mimizan

Lors de notre séjour à Mimizan, nous cherchions une activité nautique qui puisse concilier les possibilités physiques et les envies de toute la famille. Numéro 3, malgré ses énergiques 4 ans, n’était pas encore apte à une virée en paddle, encore moins en surf… A part la plage, nous n’avions rien trouvé, jusqu’à ce je clique sur le site d’AllWater.

 

Des activités nautiques variées

Une fois sur leur site (https://www.allwater.fr/), je découvre une multitude d’activités qui nous mettent l’eau à la bouche. Cette équipe de passionnés propose en effet de faire découvrir les milieux naturels dans une démarche écotouristique, ce qui nous parle évidemment ! Mais avec les différences d’âge entre Numéro 1 et 2 (15 et 17 ans) et Numéro 3 (4 ans), il nous faut, pour le moment, faire une croix sur le paddle ou le waveski.

Heureusement, dans leur proposition d’activité, il y a la pirogue hawaienne. Et là, ça “matche” direct (comme diraient nos ados). Une embarcation typique et jolie, un moyen de transport écolo, les explications pédagogiques d’un guide pour découvrir la faune et la flore du lac, la voilà l’activité idéale pour notre famille recomposée !

 

Rendez-vous au lac de Mimizan

Après une réservation par mail, nous voici à 9h du matin au bord du lac de Mimizan. Nous trouvons sans souci la petite cabane d’Allwater.

 

Des pirogues hawaiennes

Nous sommes accueillis par le guide qui, pour commencer, nous présente l’embarcation.

Sur la photo ci-dessus, on voit 2 types de pirogue hawaienne. Le va’a, aussi appelé pirogue polynésienne ou outrigger canoë (OC), est un type de pirogue dont la stabilité est assurée par un balancier unique (modèle de gauche). Le modèle qui nous concernait (à droite) était le va’a tauati ou pirogue double.

Notre guide, afin de parfaire l’ambiance quasi polynésienne, nous distribue ensuite un beau collier en fleurs multicolores ! Avec le soleil et la douceur de cette belle matinée, on s’y croirait presque !

lilo and stitch hug GIF

C’est parti !

Après quelques explications sur le fonctionnement de la pirogue, nous voici, équipés de gilet de sauvetage, assis et prêts à pagayer.

Numéro 1 et 2 prêts à pagayer et surtout à observer

On pagaie toujours du même côté et le guide réclame un donneur de rythme pour se mettre devant. Je me propose immédiatement, ça me permettra de faire de belles photos !

tip top yes GIF by funk

Quelques coups de rame sans effort particulier et notre pirogue avance tranquillement sur les eaux du lac. C’est silencieux, juste le tout petit clapotis de l’eau et le bruit de pagaies. Calme et sérénité.

Même notre bavard Numéro 3 est tout apaisé et observe silencieusement la nature environnante.

Des explications intéressantes et ludiques

Au cours de la balade, le guide nous propose trois haltes. Lors de ces arrêts, ses explications nous permettent d’en savoir plus sur la faune et la flore locale. Ces explications sont accessibles à tous et ludiques, Timothée essayant de nous faire trouver des noms de plantes par le biais de charades ou autres devinettes. En plus, Elle était bien contente de sa présence, la ressemblance de Timothée avec Romain Duris n’y était probablement pas étrangère!

Notre guide, Timothée

 

L’histoire de la Jussie et du “moskito fish”

A chaque halte, Timothée nous propose non seulement d’observer la nature environnante, mais aussi une réflexion sur les modifications apportées par l’homme à l’écosystème naturel. Nous obtenons ainsi des explications sur les espèces endémiques ou non du lac.

Lors de la première halte, nous avons découvert l’histoire de la Jussie (Ludwigia peploides).Cette plante avait été ramenée d’Amérique par les Européens pour ces qualités esthétiques. Ses belles fleurs jaunes sont effectivement du plus bel effet dans les lacs.

Une pause au milieu des jussies

Mais cette plante est envahissante. Elle est aujourd’hui considérée comme l’une des plantes envahissantes les plus problématiques pour l’eau dans de nombreux pays.

Autre envahisseur rapporté d’Amérique, le moskitofish. Ce poisson, friand des larves de moustiques, a été introduit dans le sud de la France, largement et en dehors de leur zone de reproduction naturelle. En conséquence, le moskitofish s’est développé très et trop rapidement et menace parfois les espèces locales.

 

L’île aux oiseaux

Nous repartons et éprouvons à nouveau ce sentiment de calme et de sérénité avant d’atteindre notre 2ème halte. Sur et aux abords de l’île aux oiseaux, nous pouvons observer un écosystème de type mangrove. Nous retenons tous notre souffle, aux aguets car Timothée nous affirme que de nombreux oiseaux séjournent dans ce coin du lac. Un héron et des poules d’eau confirment rapidement ces dires.

Notre guide nous présente à nouveau une plante envahissante, le faux nénuphar.

Un arrêt au milieu des faux nénuphars

La cabane de chasse

Notre embarcation se détache en douceur de la berge de l’île aux oiseaux et après quelques minutes, nous atteignons une cabane de chasse, objectif d’une nouvelle halte.

Bon, nous ne sommes pas vraiment fans de chasse, voire pas du tout. Néanmoins, il est toujours intéressant de connaître les usages des chasseurs.

La chasse aux canards se pratique la nuit ou très tôt le matin en automne. Avec des appeaux, les chasseurs attirent les canards avant de les tirer au fusil.

 

Une dernière halte olfactive

Quelques coups de pagaies et nous voici déjà à notre dernière halte. De là, on peut voir au loin le château Woolsack. Cet ancien pavillon de chasse a été construit en 1911. Il a reçu de nombreux hôtes de renommée internationale, comme Charles Chaplin, Salvador Dalí, Suzanne Lenglen, Lloyd George, Georges Carpentier…

A l’approche de notre dernière point de halte

Le lac est peu profond à l’endroit de notre halte et certains participants en profitent de descendre de la pirogue et se dégourdissent les jambes dans l’eau. Evidemment, notre cher Numéro 3 en fait partie et barbote pendant que Timothée entame un jeu de senteurs afin de nous faire reconnaître quelques plantes plus ou moins connues.

Numéro 3 barbote sous le regard de ses frères, alias Numéro 1 et 2

Une fois les plantes retrouvées grâce à leur senteur particulière, nous rebroussons chemin. Il est en effet temps, après quasi 2h de balade qui sont passées bien vite, de rejoindre notre point de départ.

Notre guide manœuvre habilement une dernière fois. Pendant ce temps, nous remarquons le pont en bois qui est le point de départ de la promenade fleurie, une activité gratuite que nous vous recommandons également !

Le retour sur la terre ferme se passe pour le mieux et nous prenons un verre dans le charmant salon-palette.

Avant de conclure, nous vous laissons la vidéo d’AllWater qui donne un joli aperçu de l’activité pirogue hawaienne.

Cette activité a plu à toute la famille. Les plus grands ont apprécié les explications sur la nature et l’écosystème local les plus jeunes ont adoré navigué sur cette embarcation si particulière. Bref, si vous cherchez une activité originale, intéressante, aquatique et écologique, n’hésitez pas ! 

 

Si vous avez aimé cet article, les vacances en famille sur la côte ouest, alors vous aimerez :

   epingle pinterest bretagne

 

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *