LA PTITE FAMILLE BAROUDEUSE

Idées voyage originales et conseils pour famille, couple ou solo
venise gondole
Europe Italie - Venise

Trois jours à Venise en famille

Ah… Venise ! Une ville exceptionnelle. De par son architecture, sa conception sur l’eau, son histoire, sa fragilité, sa surfréquentation. Ce statut de ville à part se fait ressentir dès qu’on pose un pied dans la cité des Doges. Oui, Venise est incomparable ! Alors, suivez-nous pour une découverte familiale de cette ville italienne incroyable en 3 jours.

Contenu de l'article masquer

Le voyage Paris – Venise

Aéroport Marco Polo – centre de Venise

Après un vol sans problème depuis Orly, nous voici à l’aéroport Marco Polo de Venise.

Nous avons pris à l’avance des cartes de transport illimitées. Ces cartes permettent de prendre les transports de Venise de façon illimitée et sans perdre de temps à acheter des tickets à chaque trajet. Les lignes de vaporetto (bateaux qui sillonnent le Grand Canal, l’équivalent du métro à Venise) sont bien conçues et permettent de gagner du temps mais aussi d’épargner les pieds ! Il faut dire qu’on marche beaucoup à Venise. Les trajets pour Burano et Murano sont compris. C’est donc économique également ; il suffit de 2 trajets par jour pour que ce soit rentable. Pour récupérer ces cartes une fois arrivés, il suffit d’aller sur un distributeur automatique ACTV. Il y en a juste un sur le quai du bus à prendre pour rejoindre le centre de Venise.

Puis, nous prenons le bus 5 (18€ l’aller-retour, non compris dans la carte de transport). Celui-ci nous emmène en 30′ à la gare routière de Venise nommée Piazzale Roma

Si vous êtes chargés, prendre le bus comme nous peut être compliqué car il n’y a pas de soutes. Vous ne pouvez emporter qu’un bagage à main chacun. Dans ce cas, réservez ce service de transfert aéroport – hôtel avec chauffeur.

De là, après quelques dizaines de mètres à pied, on trouve un quai de « métro-bateau », les vaporettos. Nous prenons un vaporetto pour descendre à San Marcuela, une station située dans le quartier de Cannaregio, où se trouve notre logement. (tout savoir sur les déplacements à Venise)

Nous découvrons de nuit, la navigation sur le Grand Canal, les jolies façades illuminées. Un avant-goût de nos promenades vénitiennes des jours à venir.

Où se loger à Venise ? Notre logement

Quand nous avons cherché un logement, on a vite constaté que les logements sont plus abordables dans le quartier de Cannaregio et il nous a semblé que cette partie de Venise était la plus intéressante pour y loger.

Les quartiers de Venise et les logements

San Marco : le quartier le plus touristique. Les logements y sont chers et parfois bruyants.

Dorsoduro : le quartier étudiant. Logements plus abordables qu’à San Marco, mais certaines zones sont très bruyantes.

San Croce et San Polo : proche de Rialto, une zone de Venise très sympa et plutôt authentique mais c’est un vrai labyrinthe.

Cannaregio et Castello : ces quartiers sont de bons compromis, des quartier peu bruyants mais authentiques et assez proches de toutes les zones les plus intéressantes de Venise.

Installation et premier resto

Dans une ruelle calme et tout proche du vaporetto San Marcuela et du Casino, notre logement est vraiment bien situé. Bon, c’est à peu près la seule qualité de celui-ci ! Une odeur peu agréable règne dans l’entrée, la salle de bains est petite et il faut laisser couler l’eau 5′ pour avoir de l’eau chaude (super pour les économies d’eau!). Quant à la chambre, la déco n’est vraiment pas terrible avec son lambris marron et les 2 lits sont vieillots.

Numéro 3 se jette sur le lit en bois, tout content d’avoir un lit 2 places pour lui tout seul.

Hedgehog Bouncing GIF by Treehouse Direct

Après avoir déposé les bagages, on sort et 100m plus loin, nous voilà sur une artère très agréable, commerçante et passante, Rio Terà S. Leonardo. Il faut faire le tri parmi tous les restaurants touristiques avec un menu long comme le bras et les fameux rabatteurs. Mais notre ami TripAdvisor est là et nous guide vers la Trattoria da Mimmo. On se régale de quelques spécialités italiennes voire vénitiennes et on y découvre aussi les couverts payants et le pain médiocre !

 

1er jour à Venise

A la découverte du Cannaregio

Après un petit déjeuner dans notre logement, nous sortons enfin de plein jour dans Venise. En plein jour, oui mais dans le brouillard.

Aujourd’hui, nous avons décidé de visiter notre quartier. C’est une bonne mise en bouche, ce quartier étant authentique et peu touristique.

Le charme agit instantanément. Les canaux, les bateaux, les poteaux en bois (les « bricole » et les « paline »), les ponts sur lesquels on ne peut s’empêcher de prendre des photos, le reflet des beaux immeubles dans l’eau… La brume ajoute un air mystérieux.

Il est 9h et nous sommes quasiment les seuls à arpenter les « calle » (rues en vénétien).

Notre parcours du jour à travers le quartier du Cannaregio nous d’abord mène au ghetto (voir carte du parcours ci-dessous)

Le Ghetto

Le Ghetto est une place de Venise regroupant un ensemble d’immeubles assez hauts, surveillé aujourd’hui par un poste militaire italien.

Les Juifs y furent forcés d’y résider de 1516 jusqu’à l’arrivée de Napoléon Bonaparte en 1797. Ce ghetto a été le 1er lieu de la sorte et le nom est resté depuis.

Des immeubles du Ghetto

On y trouve 5 synagogues : La Schola grande Tedesca (1528), La Schola Canton (1532), La Schola Levantina (1538), La Scola Spagnola et la scola Italiana (1575).

Il est possible de les visiter en petits groupes, à certaines périodes, sur réservation ou à des horaires assez restreintes. Nous ne l’avons pas fait, les horaires ne correspondant pas à notre planning. De plus, on peut aussi visiter le Museo Ebraico sauf qu’il était en travaux quand nous y étions.

Vers Chiesa di Sant Alvise

Nous continuons notre balade dans ce quartier. Dans le nord du Cannaregio, on découvre la vraie vie des Vénitiens. C’est un lieu d’habitation et de travail plus qu’un lieu touristique.

Au petit matin, un ballet de bateaux se met en place sur les canaux. On y voit des bateaux de livraison, des bateaux-police pendant que sur les quais, les éboueurs poussent des chariots afin d’emmener les sacs dans les bateaux-poubelles.

Un bateau de livraison
bateau poubelles venise
Un bateau-poubelles
Bateau de police

Nous arrivons devant cette façade d’église (chiesa) qui est très sobre, voire austère. Sa construction date de 1338.

sant alvise
Chiesa di Sant Alvise

L’intérieur, riche voire chargé, contraste avec la rigueur de l’extérieur.

Didier Descouens — Travail personnel – Wikipedia

Des fresques recouvrent l’intégralité du plafond.

Sant Alvise Venise fresques
Les fresques au plafond

Campo Dei Mori

Nos pas nous mènent toujours à travers le Cannaregio et nous faisons une pause au Campo Dei Mori. Sur cette petite place, on remarque aux coins d’une maison quatre statues d’allure orientale. Une légende raconte que pour punir 3 frères particulièrement cruels, la Vierge les aurait transformés en statues après avoir été appelée par une religieuse vénitienne. La 4ème statue représenterait un serviteur des 3 odieux hommes.

campo dei mori

Vers le Ca D’oro en passant par Strada Nova

Quel plaisir de marcher à travers ces ruelles en passant sur des ponts élégants ! Auquel s’ajoute le plaisir de parcourir une ville sans voiture, sans vélos, sans trottinettes.

pont venise

Des ponts en métal, en briques, en pierres, il y en a pour tous les goûts, mais toujours la même émotion visuelle et la même photogénie.

Nous nous rapprochons de l’artère commerciale, Strada Nova, et les premières gondoles font leur apparition.

La Strada Nova est parallèle au Grand Canal et partage cette partie du Cannaregio en 2 zones : au-dessus la zone plus authentique où vivent et travaillent les Vénitiens, celui que nous venons de parcourir ; en-dessous la zone plus touristique où on ne croise presque plus de Vénitiens, où les restaurants et magasins s’alignent, proposant leur plus belle vitrine.

Nous y voyons le seul McDonalds de Venise (2 autres sont sur la terre ferme). Celui-ci est discret et on se dit que ça fait du bien de ne pas voir de Starbucks, BurgerKing, …

Nous descendons jusqu’au Grand Canal pour voir la façade du Ca D’Oro. La façade de ce somptueux palais, construit en 1424, est magnifique.

En empruntant le Grand Canal en vaporetto, on peut le voir beaucoup mieux et apprécier son architecture mêlant styles gothique et Renaissance. L’édifice est aussi connu sous le nom de Maison d’Or. En effet, sa façade était à l’origine couverte de feuilles d’or.

ca d'oro venise
Ca d’Oro

Il est midi, les gondoles sont de sortie et donnent une autre dimension au Grand Canal, le rendant encore plus photogénique.

Repas Vénitien : cichetti au top

Nous remontons sur la terre ferme et suivons de nouveau la Strada Nova mais dans l’autre sens, vers le Casino.

ruelle venise
Une ruelle très étroite, perpendiculaire à Strada Nova

On a repéré une adresse où sont servis de très bons cichetti. Nous la trouvons au 2208, l’endroit s’appelle Camin Storto. Un Spritz et les fameux cichetti satisfont nos papilles et nous redonnent de l’énergie pour continuer notre programme de la journée. Direction San Marco !

cichetti venise
Cichetti

San Marco – la place Saint-Marc de Venise

Nous reprenons un vaporetto pour rejoindre le quartier de San Marco, la partie la plus touristique de Venise.

Nous passons sous le fameux pont du Rialto, l’un des 4 grands ponts qui traversent le Grand Canal. Construit en 1588, il est long de 48m et s’élève à près de 7.30m. L’originalité de ce pont est que les passages piétonniers traversent 2 rangées de boutiques.

pont du rialto
Le pont du Rialto

Nous passons devant de magnifiques palais. Tous sont différents mais on observe une certaine unité. Aucune façade ne « jure » par rapport aux autres.

Nous nous arrêtons face à la Basilique Santa Maria della Salute, à l’arrêt San Marco.

La place San Marco à Venise

Nous sortons du vaporetto et prenons directement une ruelle en face, Calle Vallaresso, puis à droite en suivant la foule. Celle-ci nous mène directement « en bas » de la place San Marco, autrement dit au point opposé à la Basilique San Marco et au Palais des Doges qui se trouvent côte à côte. Cette arrivée sur la place par ce côté permet d’avoir une vue d’ensemble sur l’immense place, ses arcades, la tour de l’horloge, la façade de la Basilique San Marco et le campanile San Marco.

Place san marco venise

Niveau touristes, on a passé un cap ici ! Rien à voir avec les ruelles quasi désertes du Cannaregio. Depuis que nous avons atteint la Strada Nova, le nombre de personnes au m² a clairement augmenté et sur Piazza San Marco, il explose ! Nous sommes en octobre et heureusement, même si la densité est bien plus élevée, cela reste très raisonnable comme vous pouvez le voir sur la photo ci-dessus.

Place San Marco, que faire ?

On a un peu sur le tournis sur cette immense place, on ne sait pas trop où donner de la tête. Il faut dire qu’elle réunit tous les sites emblématiques de Venise… ou presque !

Le campanile de la place Saint-Marc

C’est peut-être le 1er monument de la place que vous remarquerez avec ses briques rouges et ses 98 mètres de haut. Cela pourrait être votre 1er point d’arrêt de votre découverte de la place San Marco. En traversant la place pour le rejoindre, observez les arcades et les cafés chics où jouent peut-être des petits groupes de jazz et des formations de musique classique.

Une fois au pied du campanile, vous pouvez monter au sommet du campanile. Cela vous donnera une vue aérienne de la place mais surtout une superbe vue panoramique sur tout Venise pour 8 €. Pas de panique si vos jambes donnent des signes de faiblesse après une telle journée, il y a un ascenseur !

Thanks Thank You GIF

À l’origine, ce campanile servait aussi de phare pour les marins.

Didier Descouens — Travail personnel

Au sommet, vous y verrez également la statue-girouette dorée de l’archange Gabriel.

Ce campanile s’est totalement effondré en 1902 en 5 minutes. 

Etonnant Non Etonnant GIF - Etonnant Non Etonnant Non GIFs

De notre côté, le temps étant toujours couvert et brumeux, nous n’y sommes pas montés.

La tour de l’horloge

A quelques dizaines de mètres du campanile, vous pouvez observer la Tour de l’ Horloge, connue aussi sous le nom de Tour des Maures ou Torre dell’Orologio en Italien.

Sous cette tour, construite entre 1496 et 1499, on peut observer un passage vers les rues adjacentes. Au-dessus, des décorations et des mécanismes ingénieux qui indiquent l’heure, la position du soleil, les saisons ou encore le signe zodiacal du moment. Toutes ces informations étaient utiles pour les navigateurs vénitiens de l’époque.

Tour de l'horloge venise
Tour de l’horloge

Le Palais des Doges

Il s’agit de l’édifice le plus intéressant à visiter. Construit à partir de 1340, les Doges y ont habité jusqu’en 1797.

Le Palais des Doges vu depuis la sortie du Grand Canal

Les Doges étaient des magistrats et des dirigeants de la République de Venise, élus à vie. Ils ont régné sur Venise pendant 1000 ans.

Le Palais des Doges vu depuis la Place

Ce Palais allie l’art gothique et l’art de la Renaissance.

L’intérieur est un musée magnifique dont les salles ont été entièrement décorées par de très grands noms de la peinture, notamment Véronèse.

Triomphe de Venise de Véronèse

Pour profiter au mieux de cette visite, sauf si vous êtes érudit en histoire et histoire de l’art, on vous conseille une visite guidée qui comprend un passage en « coupe-file ».

La Basilique San Marco

Extérieurement, la Basilique San Marco (Basilica Cattedrale di San Marco) est le plus bel édifice de la place. Construite en 828, reconstruite après l’incendie qui a détruit le palais des Doges en 976, il s’agit de la plus grande basilique de Venise.

De l’extérieur et malgré les travaux, on peut admirer les nombreuses coupoles qui affirment le style byzantin.

De plus près, on est admiratif devant la richesse de la décoration, les nombreuses colonnes antiques de marbre, les  sculptures et les mosaïques.

Si vous venez tôt, de préférence avant l’heure de l’ouverture, vous aurez entre 30′ et 1 heure de queue, le temps d’admirer dans la dernière partie de l’attente les mosaïques dorées qui ornent l’intérieur des arches de chaque portail.

Les fresques sont entièrement en mosaïques

Le prix d’entrée est de 3€  pour la partie principale mais vous aurez à payer des suppléments si vous souhaitez entrer dans les autres parties de la Basilique.

Comme pour le Palais des Doges, on vous recommande une visite guidée, car franchement, on est un peu passés à côté de cette visite. Trop de choses à voir, pas de recul, pas d’explications et nos faibles connaissances religieuses n’ont pas aidé…

Retrouvez notre visite de la Basilique lors du jour 3, un peu plus bas dans cet article.

 

Visite guidée à travers le quartier de San Marco et le Dorsoduro

Il est 16h et nous avons rendez-vous avec notre guide sur la place San Marco. Nous aimons bien, après avoir un peu pris nos marques dans une ville, avoir une visite guidée privée d’une personne locale. Cela permet d’avoir plein d’informations sur la façon de vivre des locaux et d’avoir la réponse aux questions que l’on se pose. Nous l’avions fait à Barcelone, à Porto ou encore à Berlin et on trouve que c’est un vrai plus de pouvoir échanger avec des locaux tout en découvrant la ville à leur côté.

La guide arrive donc à 16h et commence par nous donner quelques informations sur la place San Marco tout en passant sous les arcades de la place.

Le Pont des Soupirs

Nous faisons un petit crochet par le fameux pont des Soupirs avant d’attaquer la « vraie » visite, notre demande étant de découvrir le Venise authentique, là où les gens vivent, travaillent ou sortent.

Les fers de proue des gondoles

Nous poursuivons notre chemin et obtenons l’explication de la forme spéciale du fer de proue des gondoles vénitiennes.

La partie supérieure représente le chapeau du Doge, les 6 rectangles sur la gauche symbolisent les 6 quartiers de Venise, les 3 pics intercalés seraient pour les 3 clous du Christ et la partie qui termine la proue vers le bas représente le Grand Canal.

Calle Larga XXII Marzo

Notre visite continue et nous arrivons devant l’église Chiesa di San Moise, d’un style rococo qui n’est pas pour déplaire à Numéro 3, toujours fasciné par les décorations bien lourdes et clinquantes.

Cette église est dans le prolongement de la Calle Larga XXII Marzo, c’est la rue des boutiques de luxe.

 

Campo, église, puits, calle, pont : l’organisation spatiale de Venise

Peu après, nous arrivons à Campo San Maurizio. Vous y remarquerez certainement que le campanile est penché, rappelant la fragilité des fondations des constructions vénitiennes.

Campo e Chiesa di San Maurizio - Venezia
Le Campo San Maurizio en été – Wikimedia

C’est sur cette place que la guide nous explique l’organisation spatiale traditionnelle de Venise.

Dans chaque quartier, le lieu de vie principal est une place appelée Campo, les rues étant étroites et les immeubles le plus souvent sans jardins. On s’y retrouve pour discuter, flâner, jouer. Cet espace ouvert, qui pourrait s’appeler Piazza ailleurs en Italie s’appelle Campo uniquement à Venise (seule la Place San Marco est une Piazza). Au centre de ce campo se situe le puits, indispensable et souvent élégant.

Donnant sur le campo, il y a toujours une église (Chiesa). Puis, les rues dont le campo est le prolongement sont dénommées Calle. Enfin, quasi systématiquement à Venise, il y a un pont à proximité du tout.

Le Campo, l’église, la Calle, le pont (ponte) et parfois le canal (rio) ont la plupart du temps le même nom. C’est pratique pour se repérer !

Les masques vénitiens

Sur ce même Campo San Maurizio, notre guide nous emmène voir une boutique spécialisée en masques vénitiens. 

vitrine masques
Une vitrine de boutique de masques

Les masques sont une tradition ancestrale très ancrée à Venise, liés évidemment au carnaval de Venise.

Pour différencier les vrais masques locaux des Chinois ? Ils sont faits en papier mâché. Notre guide passe en revue les personnages les plus connus de la Commedia Dell Arte. Nous avons l’explication du drôle de nez du fameux personnage du docteur de la peste.

costume docteur peste
Le fameux costume du docteur de la peste

Ce costume mystérieux reprend tout à fait la tenue que les médecins portaient lors des épidémies de peste au XVIIème siècle. Dans le bec, dont le but était d’éloigner les mauvaises odeurs supposées être la cause principale de l’épidémie, on mettait des épices, des herbes et encore des fleurs séchées.

Les galeries d’art

Venise est un centre attractif de l’art en général et de l’art contemporain en particulier, notamment grâce et de par la présence de la Biennale, l’Exposition internationale d’art contemporain de la Biennale de Venise. C’est une des plus anciennes et des plus prestigieuses manifestations artistiques.

En vous promenant dans Venise, vous tomberez forcément sur des pavillons disséminés à travers les différents quartiers de la ville. Sinon, de nombreux pavillons sont regroupés dans le Giardini, à l’extrémité Est du Castello.

Cette attractivité artistique se manifeste également par la présence d’un grand nombre de galeries d’art. On peut y entrer gratuitement (heureusement!) et découvrir une sélection d’œuvres hétéroclites à vendre et souvent plus grand public que ce que l’on peut voir dans les pavillons de la Biennale.

La cour d’une galerie d’art

Dans l’une d’elles, on fait quelques belles découvertes comme ce collage pop-art numérique d’Auguste…

ou encore ces œuvres d’une artiste très présente dans Venise en 2022, Caroline Feuerman avec ses nageuses ultra-réalistes.

Caroline Feuerman et une de ses nageuses ultra-réalistes.

La guide aborde de nombreux sujets pendant que nous marchons : religion, éducation, commerce, tourisme…

Après avoir atteint le Grand Canal, toujours sous le charme des couleurs, des ponts et des canaux, nous le traversons sur le pont de l’Académie (Ponte dell’Accademia).

Dorsoduro

Nous voilà du côté du Dorsoduro, quartier des étudiants notamment. Notre guide nous dirige vers le « bord de mer » puis vers le Palazzo Cavanis où nous découvrons un des rares jardins de la ville.

Puis nous passons près d’un atelier de construction et de réparation de gondoles (Squero de San Trovaso).

Nous avions remarqué dans la matinée des passages très bas, identiques à celui-ci :

Le Sotoportego, nous explique la guide, est un passage public traversant des immeubles privés de Venise et qui relie les ruelles voisines. Ces passages sont très pratiques pour se protéger du vent froid de l’hiver.

Nous terminons cette visite guidée, dont nous vous recommandons vraiment la réservation ici, sur le Campo Santa Margherita.

Cette grande place animée est très animée et Numéro 3, toujours aussi sociable se rapproche de quelques petits Vénitiens pour partager avec eux leur passion commune, le foot !

Rencontre franco-italienne improvisée

Nous prenons un Spritz pendant cette partie improvisée. La nuit tombe vite et nous utilisons le vaporetto pour rentrer après cette longue et passionnante journée.

La nuit nous offre une vue différente du pont de Rialto.

pont rialto nuit venise

Jour 2 à Venise

Rialto Mercato

Une bonne nuit a fait du bien à nos pieds endoloris. Il est encore tôt quand nous prenons un vaporetto afin de rejoindre le marché de Rialto ou, en italien, Rialto Mercato. Celui-ci se trouve dans le quartier de San Polo.

Il ne faut que quelques minutes à pied pour y accéder une fois descendus du vaporetto.

Légumes, poissons frais, c’est un festival de couleurs et de produits frais qui ouvrirait l’appétit si on ne sortait pas tout juste du petit déjeuner !

Balade à travers San Polo

Nous partons à la découvert du quartier de San Polo. Comme tout est organisé autour des églises et des Campo, on choisit de passer par les plus belles églises indiquées sur notre fidèle Cartoville.

Un guide bien utile pour visiter Venise ! Cliquez sur l’image

Le quartier est très calme et vide de tous touristes en cette belle matinée d’automne. On croise surtout des Vénitiens, affairés et rejoignant probablement leur travail, d’un pas décidé.

On remarque que ce quartier est un vrai labyrinthe, les ruelles nous paraissent encore plus étroites que dans le Cannaregio. 

C’est beau et extrêmement plaisant de flâner dans San Polo, les ponts semblent innombrables et tous rivalisent de charme.

Notre 1ère étape est censée être l’église Santa Maria Mater Domini mais celle-ci est encastrée entre deux immeubles et on ne dispose pas du recul suffisant pour bien la regarder ou la prendre en photo. Nous continuons donc vers notre 2ème étape, Campo San Giacomo dall’Orio.

Campo San Giacomo dall’Orio

Ce campo présente un peu de verdure (c’est suffisamment rare pour le signaler !). On y trouve également un tout petit potager.

L’église, portant le même nom, est de style roman. C’est surtout l’intérieur qui est remarquable. En effet, le plafond de la nef est en bois. Ce chef d’œuvre du gothique vénitien ressemble à la coque d’un bateau ! On peut y voir également un tableau de Véronèse.

On poursuit vers la Scuola Grande di San Giovanni Evangelista.

Scuola Grande di San Giovanni Evangelista

Vous remarquerez cet édifice par son magnifique portail. Ce complexe architectural du XIVe siècle est richement décoré de fresques et de statues notamment. Il est possible d’obtenir une visite guidée, que nous n’avons pas faite.

Nous continuons notre balade, toujours charmé par ce quartier paisible et authentique avant d’arriver à LA visite à ne pas rater.

Chiesa di Santa Maria Gloriosa dei Frari

Pour nous, c’est la visite majeure du quartier de San Polo. Il s’agit de la plus grande église de Venise mais c’est surtout pour la richesse des œuvres d’art qui s’y trouvent que l’on vous recommande d’entrer dans cet édifice.

Chiesa di Santa Maria Gloriosa dei Frari

Une fois les 5€ par adulte déboursés, n’hésitez pas à prendre un audio-guide (2€). En effet, il s’agit d’une véritable église-musée et sans les informations données par ce petit appareil, vous passeriez probablement à côté de cette visite.

Chiesa di Santa Maria Gloriosa dei Frari venise
Toutes les lignes directrices mènent à l’Assomption de Titien au centre de l’autel

Cette basilique, bâtie à partir de 1338 dans un style gothique tardif, abrite des chefs d’œuvre, notamment la Madonna Di Ca Pesaro et l’Assomption de Titien.

venise Assomption de Titien
L’Assomption de Titien

Autre chef d’œuvre artistique, le triptyque de Bellini (1488) placée dans la sacristie de la Basilique.

Le triptyque de Bellini Venise
Le triptyque de Bellini

De la fenêtre de la sacristie, on peut voir le cloître du monastère.

Musée Léonard de Vinci

Notre parcours dans le quartier de San Polo se termine par le musée Léonard de Vinci.

Il s’agit d’une visite désirée par Numéro 3. En effet, parmi les nombreux masques « vénitiens » qu’on peut trouver dans les boutiques à touristes de San Marco notamment, il y a des trucs en plastique qui s’inspire des vrais masques vénitiens mais aussi d’éléments mécaniques/techniques. Cela fait déjà 24 heures qu’il se promène donc avec ces lunettes d’inventeur fou et quand il a vu l’entrée du musée Léonard de Vinci (artiste qu’il connaît depuis notre visite du château d’Amboise), il a absolument voulu en savoir plus sur ses inventions !

L’inventeur fou aux lunettes plastiques chinoises

Après avoir pris les billets à 8€ par adulte et 6.50€ par enfant, nous découvrons d’abord de Vinci l’artiste, avec des explications sur ses plus fameux tableaux (La Joconde, la Cène, …).

Puis sont exposés ses dessins, schémas, prises de note sur l’architecture, le corps humain. Numéro 3 est impressionné par son écriture en miroir ! Léonard de Vinci était ambidextre et aurait développé cette écriture dès l’enfance.

Schémas et écriture en miroir

Les inventions au Musée Léonard de Vinci

Ensuite, on passe à la partie tant attendue, les inventions. Certaines d’entre elles sont reproduites en bois et en grande taille, ce qui permet de tester, voir, observer et (éventuellement!) comprendre ces prodigieuses inventions en tout genre.

Chacun peut manipuler pour observer les ingénieux mécanismes

C’est bien simple, il a tout inventé cet homme-là ! Parachute, automobile, char d’assaut, mitrailleuse, scaphandre, grue, scie hydraulique, principe de l’hélicoptère…

Canon à vapeur musée léonard de vinci venise
Canon à vapeur

C’est passionnant et impressionnant, une visite que nous n’avions pas prévue mais qu’on ne regrette pas d’avoir ajoutée à notre programme.

Nous rejoignons une station de vaporetto pour nous rendre à la station Salute afin de visiter la Basilique Santa Maria della Salute et la collection d’art contemporain Peggy Guggenheim.

 

La collection Peggy Guggenheim et Santa Maria della Salute

Comme d’habitude, le trajet d’une station de vaporetto à l’autre est un régal. Une fois encore, nous ne regrettons vraiment pas d’avoir pris des tickets de transport illimité en vaporetto. Non seulement, nos pieds se reposent un peu mais chaque trajet est un plaisir : les façades des Palais, la valse des bateaux de toute taille, la vue spectaculaire sur les plus grands ponts de la ville… On aime tellement le vaporetto qu’on n’a même pas envisagé de faire une promenade en gondole. Dingue, non ?

Vue sur la Salute (dômes gris) depuis le vaporetto

Une fois descendus, nous marchons vers la collection Peggy Guggenheim, passant de nouveau de jolis ponts comme celui-ci où une « influenceuse » se fait prendre en photo en débardeur alors qu’il fait… 12°, devant Numéro 3, à la fois étonné et sceptique. Peu importe, la température ne se voit pas sur les photos ! 🙂

Une galerie d’art fait face à l’entrée de la galerie Peggy Guggenheim. Nous y voyons une des fameuses sculptures de Bruno Catalano, ces voyageurs « troués ». Exilés, voyageurs perdus, arrachement viscéral ou philosophique ? Quoi qu’il en soit, il faut un certain temps pour comprendre comment ces statues défient l’apesanteur.

C’est une bonne entrée en matière avant d’entrer dans la fameuse collection Guggenheim.

La collection Peggy Guggenheim

Mme Guggenheim était une mécène et collectionneuse américaine. Sa collection est exposée dans le palais Venier dei Leoni, lieu où vécut Peggy Guggenheim durant les trente dernières années de sa vie.

Ce lieu, regroupant des œuvres contemporaines sur 2200 m², a ouvert en 1980.

Pour y entrer, comptez 16€ par adulte. L’accès est gratuit pour les enfants.

Parmi les artistes exposés, on peut voir notamment Dali, Picasso, Magritte, De Chirico, Duchamp, Léger, Kandisky, Pollock (Avis de Numéro 3 sur ce dernier : non mais c’est n’importe quoi ça, c’est quoi ces tableaux débiles ?)

A noter qu’il y a une terrasse qui donne sur le Grand Canal, bien agréable pour faire une petite pause entre deux critiques constructives de notre cher enfant !

Nous reprenons le chemin inverse pour retourner à la Basilique Santa Maria della Salute.

La Basilique Santa Maria della Salute

Cette basilique, construite à partir de 1631 en pleine épidémie de peste, est de forme octogonale et possède 2 dômes et autant de campaniles.

L’extérieur est en travaux actuellement.

L’accès est gratuit. L’intérieur est très lumineux et est en forme de rotonde et comporte 6 chapelles.

intérieur santa maria della salute

Nous prenons à nouveau le vaporetto, direction San Marco pour rejoindre le quartier du Castello.

Le quartier du Castello

Afin de découvrir ce quartier, nous choisissons de partir de la station San Marco et de marcher jusqu’à l’Arsenal puis de terminer cette journée au Giardini.

Campo Bandiera e Moro

Nous passons notamment par le très joli Campo Bandiera e Moro, une de ces places typiques et authentiques, avec église, puits et Vénitiens qui s’y retrouvent pour discuter.

Sur notre route en direction de l’Arsenal, nous tombons par hasard sur un de ces palais qui abrite une exposition à l’occasion de la Biennale. Nous y retrouvons les fameuses nageuses ultra-réalistes de Caroline Feuerman.

L’Arsenal

Nous arrivons à notre étape suivant, l’Arsenal. Construit en 1104, ce chantier naval entouré de 3km de fortifications en briques rouges a participé à la construction de l’Empire Vénitien en permettant la fabrication rapide de très nombreux navires.

Une partie de ces installations sert aujourd’hui à accueillir les expositions de la Biennale.

Nous suivons ensuite Via Garibaldi, qui pour nous est une grosse artère commerçante très « classique » mais qui fait figure d’exception ici où se succèdent surtout petites ruelles, ponts et Campo.

C’est un endroit où beaucoup de Vénitiens vivent car on y retrouve des nombreuses commodités plus accessibles que dans les reste de la ville : épicerie, marchands de légumes, bars, restaurants, boulangerie, école…

Nous tournons ensuite à droite pour entrer dans les Giardini.

Giardini della Biennale

Nous voici dans ces jardins, notre dernière étape du jour. Ces jardins accueillent le Festival d’art de la Biennale de Venise. On y trouve des aires de jeux (l’occasion pour Numéro 3 de jouer avec de petits Français) et on peut y faire une promenade sympathique soit dans le parc soit au bord de l’eau.

Ayant déjà vu beaucoup d’œuvres aujourd’hui et la pluie commençant à tomber, nous écourtons cette visite pour reprendre le vaporetto et rejoindre notre logement.

Une petite rue sympa dans le quartier du Cannaregio

Le soir, nous trouvons une ruelle très sympa au bord de l’eau et où s’enchaînent 4 ou 5 restaurants de qualité que fréquentent notamment les locaux : Fondamenta Dei Ormesini. Ici pas de rabatteur ni de carte à rallonge. Nous testons Al Timon, un resto à viande super sympa et délicieux.

Nous rentrons repus et espérons un temps plus clément pour le lendemain afin de visiter, notamment, Burano et Murano.

 

Jour 3 à Venise

Nous avions envisagé de visiter la Basilique San Marco le jour de notre départ (donc le lendemain matin), juste avant de partir à l’aéroport mais quand nous avons vu la file d’attente 2 jours avant, on s’est dit que subir cette queue avec nos bagages en stressant par rapport à l’horaire de l’avion et peut-être sous la pluie, ce n’était pas forcément une bonne idée ! On décide donc d’y aller aujourd’hui on prenant place dans la file d’attente avant même l’ouverture de la Basilique.

Basilique San Marco

Dès 8h30 nous sommes à notre station de vaporetto habituelle pour rejoindre la place San Marco. Comme à chaque fois, on découvre de nouveaux palais le long des arrêts qui diffèrent d’une ligne à l’autre.

palais venise
Un des merveilleux palais vu du vaporetto

Une fois sur place, visiblement, nous ne sommes pas les seuls à avoir eu cette idée ! Il y a déjà une file d’attente d’au moins 50m devant nous alors que la Basilique n’ouvre qu’à 9h30. Cette file permet d’avoir sous les yeux à la fois la Basilique San Marco et le Palais des Doges.

basilique San Marco et Palais des Doges
A gauche la Basilique San Marco, à droite le Palais des Doges

Cette vue offre la possibilité d’admirer les plus hautes coupoles de la Basilique qui affirment l’influence byzantine.

Nous prenons notre mal en patience et après 45 minutes, nous approchons enfin du but.

A l’extérieur, une fois près de l’entrée, on remarque déjà les magnifiques décorations avec d’innombrables sculptures, statues et mosaïques.

fronton basilique san marco

Nous déboursons les 3€ par personne pour entrer dans cet endroit exceptionnel.

L’intérieur est incroyable. De la mosaïque dorée partout ! Pas 1 cm² du plafond ou des murs n’est pas décoré.

San Marco vntrze obrazka
L’intérieur de la Basilique. Source Wikimedia

Ces mosaïques ont été réalisées principalement au XIIIème siècle et couvrent 4200 m² ! Elles représentent des scènes couvrant toute l’histoire de la chrétienté.

Il faut bien avouer que nous avons assez rapidement fait le tour de cette visite ; il y a énormément à voir et nous ne sommes pas assez érudits pour profiter d’une visite « libre » comme celle-ci. Si on veut en voir plus, il faut de nouveau faire la queue et payer un supplément pour accéder à d’autres parties de l’édifice.

Nous vous conseillons donc, soit de bien préparer cette visite en consultant un guide papier ou sur le net pour savoir quelles parties vous intéressent et avoir en tête des éléments culturels et historiques en amont, soit de prendre une visite guidée de la Basilique San Marco afin d’avoir une compréhension fine de ce que vous voyez.

Nous quittons la place San Marco pour prendre le vaporetto, direction Burano !

Burano

Après 40 minutes de bateau et plusieurs arrêts, nous descendons sur l’île de Burano.

Il y a 3 points d’intérêt à ne pas rater sur Burano.

Les maisons colorées

C’est la 1ère chose qu’on remarque depuis le pont du bateau et elles sont présentes partout, dans le moindre recoin de l’île.

Les pêcheurs peignaient leurs maisons autrefois avec des couleurs bien voyantes pour se repérer dans le brouillard. La tradition est restée pour le plus grand plaisir de nos yeux et de nos envies photographiques.

Promenez-vous au hasard sur cette île, vous la trouverez charmante de bout en bout grâce à ces maisons de toutes les couleurs.

 

Le campanile

Parcourez l’île, vous arriverez forcément sur une des places centrales et passerez devant l’église San Martino. C’est la seule église de l’île et c’est impossible de ne pas remarquer son campanile très incliné. La tour de Pise locale !

La dentelle

Il paraît que Burano est réputée pour cela. A part une boutique de dentelles à 200m du débarcadère et près d’un magasin de souvenirs, nous n’avons rien vu d’autre à ce propos. Il s’agit de dentelle à l’aiguille. Il faut, paraît-il, 3 ans pour faire une nappe ! (J’espère au moins que c’est une grande nappe… !)

dentelles burano
Magasin de dentelles à Burano

Nous reprenons ensuite le vaporetto, direction Murano.

L’île de Murano à Venise

Si Burano compte environ 2000 habitants, Murano est deux fois plus peuplée avec 5000 habitants. Burano ressemble à un gros village, Murano a une petite ville. Celle-ci est plus commerçante et plus « vivante ».

Le verre est la principale activité économique de l’île. 

On peut voir ici ou là des ateliers de verre où des ouvriers sont en pleine action.

Une activité sympa à faire à Murano ?  Participer à un atelier de création d’objets en verre et repartir avec sa propre à la fin. A réserver ici.

Le centre de l’île ressemble à Venise… avec des édifices beaucoup moins beaux, moins raffinés.

Les quais et les boutiques de Murano

Nous suivons les quais au bord desquels on trouve de nombreuses boutiques qui semblent avoir le même objectif : vous faire ramener un objet inutile en verre local !

Nous parvenons à résister à cette tentation, passons le Ponte Longo Lino Toffolo et atteignons la basilique de Murano.

Basilique Sainte-Marie-et-Saint-Donat

Pas de bol, celle-ci est en travaux. Non seulement la façade est méconnaissable avec les échafaudages mais en plus l’accès à l’intérieur n’est pas possible. Il se joue là un drame terrible. En effet, Numéro 3 commence à saturer de marcher depuis 3 jours et la carotte pour le faire marcher jusqu’à cette Basilique était la quête d’ossements de dragon…

Oui, vous avez bien lu, des os de dragons, rien que ça ! Cette église devenue basilique a été fondée au VIIème siècle. Elle abrite les restes d’un saint, ceux-ci étant de façon originale accompagnés de ceux du « dragon » dont il avait triomphé. Les ossements du monstre sont encore visibles derrière l’autel… mais pas aujourd’hui à cause des travaux. Dur dur pour Numéro 3 qui encaisse difficilement cette immense déception.

Next Time Ok GIF by Simon Super Rabbit

Et pour nous qui avons entendu environ 200 fois pour rien :  « On va voir des os de dragon ? Mais c’est dingue ! Ils sont où ces os de dragon ? Elle est encore loin cette fichue Basilique ? »

J’ai quand même pris une photo de photo de la façade affichée sur les échafaudages…

Cette visite ratée marque la fin de notre passage à Murano. Nous reprenons le vaporetto pour rentrer sur Venise, une ligne nous menant à la station Deposito F.te Nove tout au nord de notre quartier, le Cannaregio en passant devant l’île cimetière San Michele de Venise.

Chiesa di Santa Maria Assunta

Pendant le trajet en vaporetto, Numéro 3 discute avec un petit garçon français. Sa mère nous donne un bon tuyau : aller visiter l’église Santa Maria Assunta. Elle ne se souvenait pas du nom entier mais elle nous montre le sommet de celle-ci, visible depuis les quais. Nous la remercions et comme nous ne sommes pas encore complètement épuisés, nous faisons un détour pour la visiter.

Plus connue sous le nom de Chiesa dei Gesuiti, cette église du XVIIIème siècle présente une façade moins austère que la plupart des églises déjà visitées. Huit colonnes soutiennent les statues des 12 apôtres, dont 4 sont placés dans des niches.

A l’intérieur, on remarque les décorations de marbre blanc et vert, très « rococo ». Les voûtes sont décorées de fresques du XVIIIème. La nef est lumineuse malgré la nuit qui tombe, impression renforcée par le marbre blanc et les dorures.

Un quartier authentique

Au début de cet article, j’ai expliqué que le quartier du Cannaregio est un quartier authentique, moins fréquenté par les touristes que d’autres.

Nous allons de Chiesa dei Gesuiti jusqu’à l’hôtel Antico Doge et toute cette partie est vraiment une partie peu touristique et on y voit le vrai Venise « local ». Contrairement à d’autres quartiers, pas de boutiques à touristes mais des coiffeurs, des épiceries, des enfants qui reviennent de l’école, des librairies, bref la vraie vie quoi !

Une dernière fois, nous poussons la porte d’un palais abritant une très grande exposition d’art de la Biennale.

Certaines œuvres sont vraiment étranges ou dérangeantes. Le thème du climat et de l’avenir de la Terre est assez récurrent, comme cette œuvre de Michael Kirch.

Dernière soirée, dernier Spritz, dernier plat de spaghetti aux fruits de la mer avant le retour en France en prenant un dernier vaporetto.

Bye bye Venise !

 

Bilan séjour à Venise

Cela faisait longtemps que nous devions venir à Venise. La preuve, notre guide papier date de 2018 ! Nous avons beaucoup hésité. On entend tant de choses sur la sur-fréquentation, le rejet des touristes par les Vénitiens, la fin proche (?) et probable de cette ville, rongée par les marées, la mer et le ballet des paquebots de croisière… Cela vaut-il le coup de visiter cette ville où il n’y a que des touristes, dénaturée, victime de son succès ?

La réponse pour nous est unanimement OUI ! Peut-être que si notre séjour avait eu lieu en pleine saison, en août par exemple, nous serions revenus dégoûtés par cette foule de touristes accrochés à leur smartphone, à ces innombrables poses plus ou moins de bon goût sur les ponts vénitiens, par d’interminables files d’attente, mais voilà, nous y sommes allés début novembre. Et si le temps n’était pas trop de la partie, nous avons apprécié ce séjour pendant lequel nous n’avons jamais ressenti d’oppression, de bousculade, de « trop plein ».

Venise est vraiment une ville magnifique. Partout, ruelles et ponts charmants, Campos qui offrent des fragrances de vie authentique, magnifiques palais donnant directement sur le Grand Canal. Cette densité de beauté est incroyable. La Biennale apporte un réel plus, même si nous ne sommes pas des amateurs éclairés d’art contemporain, on a apprécié ces expositions qui s’offraient à nous au hasard de nos balades. Cerise sur le gâteau, Burano nous a totalement charmé avec ses petites maisons colorées et son atmosphère bohème et hors du temps.

 

A lire également 

Budget séjour à Venise en famille

Toutes les réponses à vos questions sur Venise

Comment se déplacer à Venise ?

 

1 Comment

  1. On ne se lasse pas de parcourir les ruelles, les canaux et les différents sites de la Sérénissime si bien mise en valeur. Le commentaire est bien documenté et les photos superbes. Et il y a numéro 3 qui permet à son père de nous faire sourire! Bravo!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *