LA PTITE FAMILLE BAROUDEUSE

Nos voyages à travers le monde, avec ou sans enfants
Corse France

Corse : 2 semaines de rêve en famille

Pour tous les fans de plages au sable fin et de randonnées aux panoramas magiques, la Corse est une destination idéale ! Ce fut la nôtre cet été. Deux semaines sous le soleil de l’île de Beauté, d’Ajaccio à Bonifacio en passant par Cargèse, Campomoro, Propriano, Porto-Pollo ou les Calanques de Piana, suivez-nous sur la côté ouest de la Corse ! 

Dans les Calanques de Piana

Dans cet article :

Aller en Corse : quand, comment, où ?

Cargèse et les Calanques de Piana en bateau

Promenade dans Ajaccio ;  la Citadelle et le Naporama

Plage et coucher de soleil sur les Sanguinaires

Camping à Olmeto et plage du camping

Sartène

Randonnée et plage à Porto-Pollo

Campomoro : rando plage et dauphins

Cupabia : rando et plage

Bonifaccio : kayak et visite de la citadelle

 

Aller en Corse

Quand partir en Corse ?

Les meilleurs mois pour partir en Corse sont mai juin juillet août et septembre. Comme pour beaucoup de destinations méditerranéennes, le mois d’août est celui où il y a le plus de touristes, suivi de juillet. Mai et juin sont idéaux pour les randonneurs, il ne fait pas encore trop chaud. Septembre est le top pour les fans de plage, la mer est bien chaude et l’île retrouve son calme après l’afflux de juillet août.

Pour notre part, nous y étions début juillet et franchement, c’était parfait. On s’attendait même à bien plus de monde, mais on a été plutôt tranquilles partout où nous avons été.

Une plage d’Ajaccio vers le 15 juillet : un peu de gens mais pas la foule non plus

Comment partir en Corse ?

En famille, 2 options principales s’offrent à vous :

  • la voiture + bateau
  • l’avion + voiture de location

On détaille le budget de ces 2 options dans notre article spécial “quel budget pour partir en Corse ?

La solution par le bateau semble la plus économique mais forcément la plus longue. Plus économique car une fois sur place, il est quasi impossible de séjourner en Corse sans voiture. Donc si vous arrivez en avion, il faudra louer une voiture pour le temps où vous êtes sur l’île.

Les bateaux partent de Toulon, Nice ou Marseille. Ils arrivent à Ajaccio, Bastia, Île-Rousse ou Porto-Vecchio.

Comptez 7h pour un Toulon – Ajaccio, une heure de plus pour Nice – Ajaccio. La traversée Marseille Porto-Vecchio est la plus longue avec 13h de bateau. Il existe des traversées de nuit qui permettent de passer la nuit sur le bateau après la journée de route pour rejoindre Toulon ou Marseille.

C’est la solution que nous avons choisi. Après 7h de route pour arriver à Marseille, nous avons pris le ferry à 20h et passer la nuit sur le bateau pour arriver à Ajaccio à 8h le lendemain matin. Reposant et vraiment agréable. Et un coucher de soleil sur la mer en prime !

En plus, nous étions en avance, nous avons eu le temps de faire une petite balade street-art à Marseille !

Où aller en Corse ?

On pourrait presque répondre “partout!”. Effectivement, partout sur l’île, il y a des endroits magnifiques, des paysages à couper le souffle, que ce soit des plages de sable fin, des villages pittoresques ou des rochers/formations rocheuses étonnantes.

Parmi les endroits les plus beaux à ne pas rater, on peut évoquer :

  • au nord, le côte ouest du cap Corse
  • au nord, le désert des Agriates
  • à l’ouest le Golfe de Porto
  • au sud les falaise de Bonifacio
  • au sud-est les plages près de Porto-Vecchio

Mais il y a aussi les beaux villages d’Erbalunga, de Sartène, de Nonza, les îles Lavezzi, la citadelle de Calvi…

Bref, comme on vous disait, vous pouvez aller partout ou presque, vous ne serez pas déçus ! Seul le Nord-est de l’île semble un peu moins apprécié.

Pour notre part, on a choisi de loger près de Propriano qui n’est ni trop loin d’Ajaccio ni de Bonifacio, relativement proche de Sartène, des belles plages de Campomoro et de Cupabia.

 

Où loger en Corse ?

L’offre de logements pour les vacanciers est énorme. Gîtes, appartements, villas, hôtels, campings… Tous les types de logement existent, vous avez le choix. Si vous réservez tôt évidemment. Les endroits les plus appréciés souvent réservés d’une année à l’autre donc il ne faut pas traîner.

De notre côté, dans un 1er temps nous avons logé chez une copine d’Elle à Ajaccio, puis, pour amortir un peu le coût du séjour, nous avons emmené tout notre bazar de camping (tente, réchaud, tables et tout le toutim !) et avons réservé dans un camping proche du village d’Olmeto, nommé U Libecciu. En effet, en réservant un emplacement dans un camping, on peut s’affranchir de l’habituel samedi à samedi et donc non seulement avoir moins de circulation mais aussi payer moins cher le bateau. Tous les détails dans notre article spécial budget.

Au moment du choix, c’est clairement la piscine qui a fait pencher la balance !

La magnifique piscine à débordement du camping

On a été ravi de notre choix, non seulement la piscine est magnifique, immense (40m de long!), mais c’est un très bon camping familial, calme et bien ombragé comme on l’espérait.

 

Trois jours à Ajaccio

Ajaccio, circulation et 1ère plage

Nous voici à Ajaccio au petit matin suite à notre traversée en ferry. Premiers mètres en voiture pour rejoindre le logement de la copine d’Elle et on se rend compte qu’à Ajaccio, c’est très difficile de circuler et encore plus de se garer.

Après avoir déposé nos affaires, on part à la découverte de la côte et des nombreuses plages entre Ajaccio et la pointe de la Parata.

Ces plages portent souvent le nom des paillotes ou inversement : Ariadne, Macumba, Marinella, Moorea etc…

En moins de 10′, on arrive aux premières plages et on choisit le Macumba.

Petite paillote sympa, sable fin, eau transparente et vue sur les Sanguinaires.

Sable fin, eau transparente et vue sur les Sanguinaires
Une paillote classique mais efficace

On passe un bon moment, l’eau est tellement claire qu’on peut voir le fond même assez loin du bord. D’ailleurs, je croise deux petites méduses…

En fin d’après-midi, on reprend la voiture pour se rendre à Cargèse.

 

Cargèse et les Calanques de Piana en bateau

Nous avions réservé une balade en bateau sur une demi-journée pour le lendemain. Visite des Calanques de Piana, Capo-Rosso et réserve de Scandola. Mais pas de chance, notre réservation auprès des Croisières Grand Bleu doit être annulée car un mauvais coup de vent est annoncé et ne permettra pas de sortie en bateau… On nous propose alors de changer nos billets pour une sortie plus courte ce soir même. Nous nous rendons donc à Cargèse pour embarquer en fin d’après-midi.

Cargèse

Ce village se trouve à 1h de route d’Ajaccio. C’est un village pittoresque et étonnant. En effet, une colonie grecque s’y est installée au XVIIème siècle. Il reste comme témoignage une église “grecque” qui fait face à une église catholique “classique”.

Cargèse est une station balnéaire très mignonne avec ses maisons aux façades blanches et son joli port.

En se promenant on tombe rapidement sur l’église grecque.

L’église Saint-Spyridon dite grecque

Du parvis, on voit l’église qui lui fait face.

En face, l’église de l’Assomption – Ghjesgia di l’Assunta

On monte ensuite à l’autre église qui offre une belle vue sur le port.

Il nous reste une petite heure avant l’embarquement, on se lance donc à l’assaut de la tour génoise qui se trouve à quelques minutes de marche du village. Il faut monter sur les hauteurs du village et à la dernière maison, suivre un petit panneau indiqué “sentier”. Ca grimpe fort mais la vue sur le village et la méditerranée vaut l’effort fourni !

Le but de la balade
La vue une fois le but atteint !

On redescend et c’est pile l’heure pour notre balade en bateau.

 

Les Calanques de Piana en bateau

Arrivés au port, on embarque sur le 12 places de “Croisières Grand Bleu”, un semi-rigide qui offre sécurité et sensations. On sort du port, petit à petit, le bateau prend de la vitesse. C’est super agréable, le vent dans les cheveux, on se sent en sécurité tout en étant au contact des éléments.

Numéro 3 ne fait pas trop le fier ! Il se colle à moi, un peu impressionné par les petits bonds que fait l’avant du bateau. Mais petit à petit, il s’habitue et à la fin, il en redemandera !

En quelques minutes, nous atteignons la tour gênoise d’Umigna. Le pilote nous délivre des explications tantôt historiques, tantôt biologiques ou sur l’écosystème. C’est vraiment intéressant !

On arrive ensuite au Capo Rosso, un cap de granit rose. On voit bien le contraste avec les autres rochers et avec le soleil qui décline, le rose du granit se reflète dans l’eau, c’est très beau !

Le bateau se faufile dans quelques grottes et nous voici dans les Calanques de Piana.

On pénètre dans des grottes creusées par la mer, le vent et le temps, c’est grandiose et surprenant !

Au détour d’un rocher, on tombe sur un balbuzard. Ce rapace puissant est assez difficile à observer, et là, coup de chance, il est à quelques mètres de nous !

Une dernière grotte à explorer et c’est le retour au port.

Les cheveux au vent, Numéro 3 crie : “C’est génial ce bateau!”. L’appréhension du début est bien loin maintenant alors que le pilote met les plein gaz !

Franchement, c’était superbe, si vous pouvez, faites l’excursion complète avec la réserve de Scandola.

Pour avoir toutes les infos, lisez notre article complet “Visiter les Calanques de Piana en bateau“.

Restaurant Yuka à Cargèse

Après ce beau moment, nous allons dans un resto de Cargèse, nommé le Yuka (lien en fin d’article). La vue est top et les plats simples mais bon.

Déco sympa et quelle vue !

Nous rentrons à Ajaccio après cette 1ère journée bien chargée.

 

Promenade dans Ajaccio

Une fois la voiture garée, Ajaccio est une ville charmante. Nous nous baladons ce matin-là dans les rues piétonnes.

Evidemment nous sommes passés par le coeur de la ville, la place Foch avec la statue de Napoléon et la mairie d’Ajaccio.

Au milieu de la place, on peut voir une exposition sur les différents films liés à la vie de Napoléon.

La Citadelle

Nous nous dirigeons tranquillement vers la Citadelle.

Elle date du XVIème siècle et offre une vue magnifique sur la baie d’Ajaccio.

La Citadelle

La Maison de Napoléon

On jalouse la chance des petits écoliers qui ont leur école à 20m de ce cadre et en descendant cette même rue, on arrive devant la Maison Napoléon.

C’est aujourd’hui un musée, implanté dans la maison où l’Empereur est né, et il évoque le souvenir de l’empereur et de sa famille en Corse et présente des objets lui ayant appartenu.

Pour des raisons sanitaires liées au covid, il n’est pas possible de visiter sans avoir réservé. Nous continuons la rue un peu déçus et apercevons un playmobil de taille humaine posé dans la rue. Intrigués, nous nous approchons et découvrons Naporama.

Naporama

Situé 13 rue Forcioli Conti, cet espace original, beau et pédagogique offre aux petits comme aux grands de se replonger dans l’histoire du plus corse de tous les Empereurs. A partir d’images, peintures ou lithographies, les bénévoles de l’Association Naporama ont reconstitué les décors puis “customisé” des personnages playmobil.

Le résultat est bluffant ! Ces scènes sont réalistes, instructives et ludiques quand elles sont présentées par l’un des bénévoles de l’association lors des visites.

Nous avons été très bien reçu pour le guide qui a su retransmettre sa passion pour l’histoire de l’Empereur corse. Dans chaque tableau, des détails incongrus sont cachés pour aiguiser le sens de l’observation des visiteurs.

Numéro 3 a adoré !

Le sens du détail est poussé jusqu’à la couleur des uniformes.

Et à la fin, les enfants peuvent poser dans un costume d’Empereur. Comme il s’agit de guides bénévoles, vérifiez sur le site que le Naporama est bien ouvert. (lien en fin d’article)

Après-midi plage

Il y a pas mal de vent cet après-midi. On rejoint la plage de l’Ariadne ; le sable y est beau, l’eau un peu agitée. Mais surtout, le vent du jour rend l’endroit peu agréable, alors nous avançons vers la Marinella qui se trouve à 300m. Oui, oui, celle immortalisée par Tino Rossi. C’est une plage agréable même si le grand nombre de bateaux garés coupe un peu la vue. A ce moment-là, ce qui compte pour nous, c’est qu’il y a moins de vagues et qu’on est à l’abri du vent.

Nous voulons ce soir aller voir le coucher de soleil sur les Sanguinaires. Nous allons à l’Ariadne qui propose une bien belle terrasse, classe comme le reste de l’établissement.

Par contre, déçus de ne pouvoir y manger. Le service ne commence qu’à 20h nous affirme une serveuse un peu dédaigneuse. Tant pis, nous voulons manger plus tôt pour ne pas rater le coucher de soleil ; nous parcourons quelques mètres en s’écartant de la plage pour aller au Piment Rouge (lien vers leur page FB en fin d’article). Service très sympa et pizzas délicieuses, on est finalement bien contents d’avoir été refoulés !

Oh Yeah Smile GIF

Coucher de soleil sur les Sanguinaires

Pour observer ce coucher de soleil, il faut se rendre sur le parking qui se trouve à la pointe de la Parata. Tout au bout de cette pointe, accessible à pied, se trouve la tour génoise du même nom. Du haut de celle-ci, on peut encore mieux observer les 4 îlots qui constituent les Sanguinaires. Ces îlots sont interdits d’accès. L’îlot principal (Mezu Mare) est surmonté du phare des Sanguinaires et d’un sémaphore.

Après s’être garés, nous allons vers la droite pour contourner le petit relief qui nous sépare de la tour génoise. On se retrouve sur une avancée avec une plage sur la droite et le sentier qui mène à la tour vers la gauche.

Le sentier, la tour et les Sanguinaires tout au fond

Les vues sont de plus en plus belles en s’approchant de la tour. L’air doux, les embruns, le bruit de la mer un peu agitée avec le vent récurrent de ces dernières heures, ce petit goût de bout du monde, c’est super agréable.

Une fois que le soleil a complètement disparu, on marche pour voir la tour de plus près et on rentre au parking, ravis de ce bien beau moment !

A noter que vous pouvez vivre ce moment magique à bord d’un bateau également, c’est à réserver ici !

 

Séjour près de Propriano

Découverte du camping

Nous quittons la jolie ville d’Ajaccio pour nous rendre près de Propriano, plus précisément sur la commune d’Olmeto. Le camping se trouve à 200m de la plage et promet d’être magnifique vues les photos vues au moment de la réservation.

Le camping s’appelle U Libecciu (lien vers leur site en fin d’article) et quand nous arrivons, on nous fait faire le tour du camping sur la voiturette du camping, Numéro 3 adore !

2 piscines dont une majestueuse à débordement avec vue mer ! Des emplacements ombragés et un chouette restaurant bar au bord de la piscine.

la “petite” piscine, bien pratique quand c’est l’heure de pointe à l’autre piscine
Franchement, y a-t-il une plus belle piscine en Corse ?
Au fond le bar/resto qui sert de très bonnes pizzas

 

Elle est pas belle la vie ?

Après un bon moment de repos suite à l’installation de la tente, nous allons tester la plage la plus proche. Nous y sommes en 5 minutes.

Le temps est encore assez instable, avec pas mal de vent.  Normalement, il n’y a pas tant de vagues que ça.

La plage n’est pas très fréquentée et à ses extrémités, on trouve des rochers. Quand on les escalade, on arrive sur d’autres petites criques de sable. C’est amusant et certains plongent des rochers les plus hauts ou font du snorkelling. Ce n’est pas un spot incroyable mais on voit quand même pas mal de poissons. Seul petit bémol, le sable est assez épais et ne permet pas de faire des constructions comme les aiment Numéro 3.

les rochers à droite de la plage

Une bonne première nuit en tente pour être en forme pour une nouvelle journée qui nous mènera à Sartène.

Sartène

Suite à la lecture d’une affiche qui annonce un marché à Sartène, nous décidons de nous y rendre pour faire d’une pierre deux coups : la visite de cette petite ville et un marché local.

Après 30′ de voiture, nous voici à Sartène. A la recherche d’une place pour se garer, nous passons devant la place principale et le soi-disant marché. En fait, il y a 4 stands…

Britney Spears What GIF

Ok, donc on sait déjà qu’on ne va pas passer beaucoup de temps sur ce marché, ce qui n’est pas pour me déplaire !

Sartène, un village authentique

On remarque tout de suite que la ville n’est pas devenue une boutique géante de souvenirs et c’est tant mieux.

Les ruelles, les commerces et les vieilles maisons pleines de charmes ont gardé leur authenticité.

Le village est implantée sur une forteresse de granite, surplombant la vallée du Rizzanese. Ainsi, de la place principale (place de la Libération), on a une belle vue juste derrière la statue de Pascal Paoli.

Derrière le philosophe corse, la rembarde offrant la vue sur la vallée

C’est un vrai plaisir de se promener à l’ombre de ces jolies maisons.

On fait une petite pause culinaire bien méritée.

Un des points mis en avant par la ville est sa fameuse échauguette… qu’on ne peut bien voir qu’après avoir quitté la vieille ville.

La fameuse échauguette de Sartène

Plage près de Propriano

Après avoir quitté Sartène, nous testons une plage un peu à l’écart de Propriano. Il y a toujours beaucoup plus de vent que d’habitude. Il y a même des kite-surfeurs ! Peu importe, Numéro 3 adore jouer dans les vagues !

Nous rentrons en fin d’après-midi et commençons à étudier la rando du lendemain qui part de Porto-Pollo.

Porto-Pollo

Le matin, nous prenons donc la route vers Porto-Pollo qui se trouve à 10′ à l’ouest de notre camping.

La météo reste venteuse et Porto-Pollo est protégé des vents, ce sera donc une bonne chose pour avoir une mer plus calme.

Il y a aussi 2 belles randos à faire en partant de Porto-Pollo. Les deux passent par la tour de Capanella mais les panoramas ne donnent pas sur les mêmes points de vue.

On vous conseille d’utiliser Visio-Rando qui est vraiment pratique pour avoir une idée de la durée et de la difficulté de la rando mais aussi pour suivre son avancée grâce au GPS du téléphone.

Vous pouvez retrouver le lien vers la trace et les consignes pour la rando en question en fin d’article.

Rando vers la tour de Capanella

On traverse Porto-Pollo (direction Propriano) puis on va sur la gauche ; ça grimpe sévère pendant un moment.

Vue sur le port de Porto-Pollo

Le chemin se fait moins raide au milieu de maquis. On arrive bientôt à avoir la tour en vue.

Une fois plus près, on remarque quelque chose qui donne le moral : il y a une échelle pour monter dans la tour !

Effectivement, une fois au pied de la tour, on peut grimper à l’aide de cette échelle métallique jusqu’au 1er étage.

Le poste d’observation y est déjà grandiose mais 2ème surprise, il y a une 2ème échelle pour monter tout en haut !

Et là, c’est grandiose ! Une vue panoramique extraordinaire, une mer magnifique, le maquis, les sommets corses, tout y est !

Petite parenthèse toute personnelle, l’histoire se rappellera que c’est à ce moment-là que j’ai eu mon “chef” au téléphone qui m’annonce un changement de poste pour la rentrée. Dingue non ?

 

Plage et resto

Il est temps de redescendre, le chemin est beaucoup plus facile qu’à l’aller, de nouveaux quelques belles vues et enfin l’arrivée à Porto-Pollo et sa très belle plage au sable fin. Une belle récompense après 2h30 de marche !

La journée se termine par une escale à La Crique, un restaurant qui se trouve entre Porto-Pollo et notre camping. Le service a été au top et les plats très réussis. Un resto tout en bois dans le plus chouette style paillotte et puis, cette vue…

Vue de notre table à la Crique

Après ce bon repas, nous retournons au camping pour une nuit de repos avant une belle journée à Campomoro.

 

Campomoro

Campomoro se trouve à 2h d’Ajaccio ou 30 minutes de Propriano. C’est une destination idéale pour les enfants : entre maquis et une baie magnifique, il y a de quoi faire. Les randonnées sont spectaculaires, la plage est magnifique, l’eau transparente et peu profonde et en cerise sur la gâteau, on peut y voir régulièrement des dauphins. 

 

Randonnée à Campomoro : maquis, plage, rochers et tour génoise

Sur Visio-rando, nous avons sélectionné une rando de 7km qui est relativement accessible et permet de marcher dans les maquis avec des vues superbes sur la mer, de visiter une tour génoise et de faire une pause plage.

Vous trouverez le lien pour un descriptif complet et la trace GPS en fin d’article.

Venir tôt pour se garer

Vous arriverez probablement en voiture, le conseil ultime est : arriver tôt ! En effet, en juillet août en tout cas, cet endroit est très prisé. Si vous voulez pouvoir vous garer pas trop loin de la plage, il faut arriver avant 10h, voire 9h. Ne vous garer pas en dehors des parkings prévus, pas mal de touristes se sont plaints de prendre des amendes pour stationnement dangereux… De plus en arrivant tôt, vous pourrez faire la rando avec des températures plus clémentes. N’oubliez pas vos maillots et de l’eau. La rando a duré pour nous 3h30 pause plage comprise. Il n’y a absolument rien sur la totalité du parcours à part des rochers, du maquis et la tour génoise. Vous ne trouverez ni à boire ni à manger sur le parcours. Prévoyez 3.5€ par personne si vous voulez visiter la tour génoise.

En route vers la tour génoise

La rando commence au parking de l’héliport, à 100m de l’entrée principale de la plage de Campomoro. On traverse une partie du village qui est plutôt mignon.

On monte à travers des lotissements. Soudain, 2 canadairs passent, ils sont en plein entraînement ! C’est impressionnant de les voir se remplir d’eau et repartir lourdement, passant au dessus de notre but, la tour génoise de Campomoro.

Au milieu des bateaux de plaisance, le canadair se remplit

On pénètre ensuite dans le maquis. Ca monte gentiment puis on fait un détour vers la tour génoise, au panneau indiquant le sentier vers celle-ci. Attention, le temps et le kilométrage indiqué sur le lien ci-dessus ne comprend pas ce détour qui… vaut le détour !

Lets Go GIF by Voile Banque Populaire

Le sentier qui monte à la tour génoise est sympa et ombragé. Des pancartes expliquent de nombreuses choses sur la vie des locaux autrefois.

La tour génoise de Campomoro

Il est possible de visiter la tour génoise de Campomoro pour 3.5€. Cette tour date du XVIème siècle et c’est la plus grande de Corse, elle mesure 15m. Elle est un peu spéciale, c’est une des rares tours génoises à avoir des fortifications. Normalement, les tours génoises n’étaient que des points d’observation et de communication d’une tour à l’autre. Celle-ci possèdent des fortifications et permettaient donc de lutter et de résister contre d’éventuelles invasions.

On peut donc grimper sur ces fortifications pour avoir de belles vues aux alentours. La tour domine le cap. On est entourés par la mer.

On peut monter dans le tour. A l’intérieur, vous pourrez y découvrir une exposition permanente qui retrace l’histoire des tours Génoises en Corse et l’invasion des Barbaresques.

Suite de la rando et plage

On redescend et on reprend la trace de la rando. On arrive au bord de mer que l’on suit jusqu’à la plage “secrète”.

Les rochers sont sculptés de façon spectaculaire.

Cette petite plage est en sable (assez gros) et dans l’eau, il y a du sable et des rochers. Si vous avez des lunettes de natation, vous pourrez voir pas mal de poissons en vous éloignant un peu du bord.

Après cette pause, on reprend le chemin qui nous mène à Campomoro, toujours à travers des rochers découpés de façon étrange par le vent et la mer.

La plage de Campomoro

Un bon resto et la plage nous attendent pour finir cette belle journée.

Il suffit de s’écarter un peu du centre de la plage pour être tranquille et avoir une vue incroyable

 

Campomoro : voir des dauphins

Après discussion avec des voisins de camping, Elle apprend que l’on peut facilement voir des dauphins au large de cette même plage de Campomoro.

On y retourne donc le lendemain matin, tôt pour avoir une place de parking et pouvoir louer un kayak.

Nous voici sur le kayak, et nous avançons doucement pour s’éloigner de la plage.

Il est environ 11h, et les premiers ailerons apparaissent !

La ferme sur la gauche et le 1er dauphin en vue

Rapidement, ce sont deux puis 6 ou 7 dauphins qui nous entourent ! C’est magique !

Les dauphins se déplacent en petit groupe et se mettent à faire des cabrioles ! Numéro 3 hurle “oh punaise oh punaise des dauphins partout, ils sont dingues !”.

En mettant des lunettes ou masque/tuba, on peut essayer de mieux les voir en nageant. Et avec une petite caméra de type goPro ça peut donner un beau résultat.

Pour en savoir plus sur les dauphins à Campomoro, où les voir et comment, lisez notre article complet à ce sujet.

Plage de Campomoro le retour

L’endroit est tellement beau et Numéro aime tellement ce beau sable fin qu’on y retourne, histoire de construire des nouvelles tours génoises en sable.

Reproduction fidèle de la tour génoise de Campomoro

Cupabia : rando et plage

Cupabia est plutôt peu connue et pourtant. C’est une vaste plage de sable blanc, séparée en deux parties par de grands éperons rocheux.

Une partie n’est accessible qu’à pied (on y passera lors de la rando), l’autre partie est une plage familiale encore relativement peu fréquentée… Sur cette même partie, on trouve une paillotte, nommée le Waikiki.

 

La randonnée plage de Cupabia et tour de Capanella

On ne change pas une équipe qui gagne : partir tôt pour faire une rando “à la fraîche” ou presque et arriver sur une belle plage pour profiter de l’eau turquoise et du soleil.

Nous prenons une nouvelle fois appui sur visio Rando pour nous guider et évaluer la durée de la rando. Vous pourrez retrouver le lien en fin d’article.

A noter que nous avons profité du GPS du téléphone pour raccourcir un peu l’itinéraire en “coupant”. Il faut dire que cette rando emprunte une petite partie de la rando faite à Porto-Pollo et ainsi la fin du parcours après la plage est plutôt court.

Nous avons donc fait la partie la plus longue avant la plage, quand nous étions encore en forme et motivés !

Nous partons donc du village de Serra di Ferro (qui se trouve à 30′ de Propriano) et on stationne sur le grand parking. Ca monte doucement puis de façon plus raide à travers le maquis et nous arrivons à la tour de Capanella.

Comme vous le savez si vous avez bien suivi le début de l’article, on peut monter au sommet de la tour !

Puis le chemin descend vers la plage de Cupabia et là les vues sont magnifiques.

Le sentier suit finalement les plages jusqu’à la plage principale. Avant, ce sont des petites criques presque sauvages et peu fréquentées vue la difficulté d’accès.

Une fois sur la plage, nous nous installons tout à gauche, la partie la plus éloignée de la paillotte. Non seulement le sable y est plus fin mais en plus, c’est la partie la moins fréquentée car celle la plus loin du parking.

Nous faisons une escale gourmande au Waikiki, paillotte qui propose des plats classiques mais bons. Et après quelques heures de farniente mêlées à quelques moments de baignade, nous reprenons la direction du parking où est garé notre fidèle Berlingo.

De retour au camping, nous profitons de la piscine du camping et préparons notre journée du lendemain : Bonifaccio au programme !

Bonifaccio

Balade en kayak : plages du petit et grand Spérone

Bonifaccio se trouve à 1h30 du camping (1h15 de Propriano) ; nous partons donc tôt pour rejoindre dans un premier temps la plage de Piantarella où  nous avons réservé un kayak pour parcourir la côte.

C’est d’abord un petit moment de déception car j’étais tombé sur BonifKayak en cherchant comment avoir des vues de Bonifaccio de la mer sans passer par les usines à touristes que sont les “croisières” de la SPMB. Et en fait, au moment de louer, on nous explique que l’on pourra voir la grotte des amoureux, les plages du Petit Sperone et du Grand Sperone mais que Bonifaccio est trop loin pour espérer en 3h avoir des vues de ses falaises.

Remis de cette petite déception, nous grimpons dans le kayak et ramons en direction de la grotte.

La couleur de l’eau est vraiment superbe. Nous logeons la côte et passons devant cette tour.

Ca commence à bouger un peu plus, on évite de trop s’écarter du bord mais aussi d’en être trop près, de peur d’heurter les rochers.

Nous arrivons à hauteur du Petit Spérone. Il y a déjà beaucoup de monde, du coup nous continuons vers la plage du Grand Spérone.

Il y a moins de monde et c’est un très bel endroit. L’eau y est magnifique.

Le retour est un peu agité également mais avec le vent favorable, ça va mieux !

On retourne à la voiture, la file de voiture garées pour aller aux plages du Petit et Grand Spérone est impressionnante…

En bref, cette petite balade était bien sympa pour découvrir les plages du Petit et Grand Spérone mais décevante car nous n’avons pas eu de près ou de loin de vue sur Bonifacio.

Si c’était à refaire, on aurait fait en plus l’excursion en bateau pour voir les falaises, les grottes et l’escalier du Roy d’Aragon. Vous pouvez réserver ici pour faire cette excursion.

La citadelle de Bonifacio

Un peu de voiture et nous voici près du port de Bonifacio. Nous prenons la route qui monte à la citadelle car plusieurs parkings permettent de s’y garer. On trouve assez rapidement une place dans le parking nommé P5 et sommes déjà séduits par la vue que l’on a sur l’entrée du port.

On avait réservé dans un resto de moules avec vue sur le port justement, bonne idée ! Excellent et abordable ; certes un peu excentré, mais un très bon endroit. (leur page FB en fin d’article).

Nous avançons dans les ruelles de la Citadelle. De nombreux commerces et boutiques à souvenir s’y succèdent, ne gâchant cependant pas le cachet des habitations locales.

Au pied de cette tour (voir ci-dessous), se trouve une école (et oui, déformation professionnelle, on remarque les écoles partout!) et surtout le départ du fameux escalier du Roy d’Aragon. Ce jour-là il y a pas mal de monde, nous zappons l’escalier. C’est une visite à faire mais il faut savoir qu’il y a beaucoup de monde, que le dénivelé est important et qu’il se fait souvent sous une forte chaleur. On savoure la vue quand même !

Après avoir parcouru quelques jolies rues de la cité, on trouve l’office du tourisme où on nous fournit un plan bien utile.

Le Bastion de l’Etendard

Nous marchons vers le Bastion de l’Etendard et tombons sur cette vue incroyable.

Nous trouvons un peu plus loin le bastion de l’Etendard, près de la porte de Gênes, point de visite que nous ne voulions pas rater.

Après avoir payé 3.5€ par adulte, nous entrons et découvrons le Bastion.

Le Bastion de l’Étendard permet une visite à travers les siècles.  On comprend mieux Bonifacio en visitant le Jardin paysager avec ses 10 vues, ainsi que l’exposition « 1000 ans d’histoire » dans les salles souterraines.

Le Bastion de l’Étendard mesure 25m de haut ;  c’est le bastion le plus haut de France. Les salles souterraines sont magnifiques ; creusées directement dans la roche, la plupart des salles sont voûtées.

Les 10 vues du jardin des paysages sont absolument dingues.

Flâner dans les rues de Bonifaccio

Grâce à ses ruelles, on peut parcourir la ville souvent à l’ombre et ça, c’est agréable. Observez le système d’approvisionnement en eau, astucieux. De nombreuses rues possèdent des arcades munies de gouttières qui relient les maisons à l’église Sainte Marie Majeure et à la Loggia. Ces arcades faisaient fonction d’aqueducs et participaient au système de captage des eaux de pluie.

C’est vraiment mignon et à chaque coin de rue, il y a de belles découvertes à faire.

Le sentier côtier CAMPU ROMANILU

Pour terminer notre visite, nous descendons vers cette petite chapelle blanche, point de départ d’un sentier côtier à faire absolument. En effet, de ce sentier, on a une vue éloignée de la Citadelle magnifique et imprenable.

La chapelle, point de départ du sentier côtier CAMPU ROMANILU
Vue sur la Citadelle, magnifique non ?

On peut voir aussi les côtes de Sardaigne et les gros rochers si photogéniques, plantés dans la mer comme des menhirs, notamment le Grain de sable.

Ce Grain de Sable (U Dio Grossu, le gros doigt) est un stack, un rocher calcaire à la base rétrécie par le travail d’érosion des vagues, dressé un peu à l’écart des falaises.

C’est impressionnant de voir comment ce travail d’érosion a creusé la falaise en contrebas de la ville.

Les maisons tout à gauche sont comme dans le vide tant la base de la falaise est creusée

On rebrousse chemin pour rejoindre la voiture.

Nous quittons cette belle ville, puis après avoir rangé la tente, nous repartons vers Ajaccio.

 

Dernière plage près d’Ajaccio : Capo Di Feno

Il nous reste une demi-journée avant de reprendre le bateau, nous en profitons pour faire une dernière plage près d’Ajaccio, Capo Di Feno.

Elle se trouve à 20′ d’Ajaccio, cette plage a un côté sauvage très séduisant. On se croirait presque au bout du monde, la route qui y mène est étroite et la dernière partie est un chemin tout cabossé.

Comme souvent, une belle paillote s’est installée au bord de cette plage qui est en fait en 2 parties, une partie plus petite, un peu éloignée de la paillotte.

Nous partageons un dernier bon déjeuner sur la terrasse de la paillotte avant de profiter du magnifique sable fin et blanc et de l’eau translucide.

Retour

Voilà, notre séjour en Corse se termine ainsi. Il est temps de reprendre le bateau. Comme à l’aller, on passe la nuit sur le bateau.

En bref

Quel magnifique séjour sur l’île de Beauté ! Que ce soit les plages, la mer, les randos, les villes et villages visités ou notre rencontre avec les dauphins, tout a été mémorable. Les paysages sont magnifiques et contrairement à ce qu’on entend parfois, les Corses ont été très accueillants. La Corse, c’est vraiment une destination estivale familiale idéale !

A lire aussi : budget détaillé de notre séjour en Corse

 

Sitographie :

Lien de la rando de Porto-Pollo : https://www.visorando.com/randonnee-la-tour-de-capanella-et-porto-pollo-a-se/

Le lien de la rando de Cupabia :  https://www.visorando.com/randonnee-plage-de-cupabia-et-tour-de-capanella/

Lien de la rando de Campomoro : https://www.visorando.com/randonnee-dans-le-jardin-du-vent/

Resto Cargèse, le Yuka : https://www.facebook.com/Leyukacargese/

Naporama : https://www.napo-rama.com/

Resto le Piment Rouge à Ajaccio : leur page FB

Camping U libecciu : https://campingpropriano.eu/fr/presentation-camping/

Page FB de Sartène : https://www.facebook.com/mairiesartene

La page FB de Bonifaccio tourisme : https://www.facebook.com/bonifaciotourisme

Le resto à Bonifaccio : https://www.facebook.com/laminutemoulebonifacio/

 

 

2 Comment

  1. Bonjour, pourriez-vous m’indiquer précisément l’endroit où vous avez vu les dauphins en kayak ? Je vais en Corse depuis plusieurs années et je n’ai encore jamais eu la chance d’en apercevoir ! Merci Beaucoup.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *